Mohamed Seddik Maâninou, un image, une voix et une grande culture

5437685854_d630fceaff_b-
292
Partager :

Rabat - L'agence marocaine de presse (MAP) a organisé, mardi à son siège à Rabat, et en coopération avec la Confrérie des compagnons de Gutenberg, un vibrant hommage à l'écrivain et journaliste Mohamed Seddik Maâninou, à l'occasion de la publication du 6ème et dernier tome de ses mémoires intitulées "Ayyam Zamane" (jours d'antan, ndlr).

Cette cérémonie, qui s'est déroulée en présence d'un parterre d'hommes et de femmes des médias, de lettres et du paysage politique, a été marquée par des témoignages à l'égard de M. Maâninou, mettant en avant certains aspects de sa vie professionnelle et personnelle, mais aussi les détails du sixième et dernier tome de ses mémoires qui retracent son enfance à Tanger, puis à Salé, aux côtés des événements qu'il a vécus en tant que journaliste et homme de média.

S'exprimant à cette occasion, le Directeur général de la MAP, M. Khalil Hachimi Idrissi, a affirmé dans son témoignage que M. Seddik Maâninou a connu un parcours médiatique distingué depuis 1969, indiquant qu'il a valorisé, avec intelligence et grande culture, l'image et la voix pour créer un des plus beaux parcours dans la sphère médiatique marocaine, couronné par un poste de directeur de la télévision.

M. Hachimi Idrissi a précisé que cet hommage naît de la considération dont bénéficie M. Maâninou pour les contributions au travers desquelles il a enrichi le métier de journaliste dans les années 70 et 80 du siècle passé.

Le Directeur général de la MAP est revenu aussi sur les années au cours desquelles l'écrivain et journaliste a couvert les activités royales sous Feu SM le Roi Hassan II, ainsi que la Marche verte qui a réveillé chez lui les épopées de la Résistance, sublimant son travail de professionnel.

Il a par ailleurs rappelé que M. Maâninou était estimé par ses pairs, reconnu dans la rue par ses concitoyens et considéré par ses supérieurs hiérarchiques.

De son côté, le journaliste et ancien directeur général de "Sapresse", M. Mohamed Berrada, a fait savoir que M. Maâninou est une sommité qui a marqué de ses empreintes la mémoire nationale et les médias contemporains dans le Royaume, et enrichi la culture et les médias à travers ses contributions incessantes.

M. Berrada, qui a mis en avant les qualités humaines, créatives, intellectuelles et littéraires de M. Maâninou, a évoqué sa personnalité abondante d'amour et de loyauté pour son pays, ainsi que les missions considérables et extrêmement sensibles dont il s'était acquittées avec brio. Il a relevé que dans le cadre de ces missions, le journalisme à lutter pour défendre les acquis, les libertés et la démocratie avec des moyens modestes.

Pour sa part, M. Mohamed Talaa Saoudi a indiqué que M. Maâninou est un "professeur" qui a gagné l'admiration des Marocains, considérant que sa couverture de la Marche verte avec beaucoup d'enthousiasme a reflété la ferveur nationale et populaire pour récupérer les provinces du Sahara marocain.

M. Saoudi a également ajouté que le livre "Ayam Aaman" comprend à la fois une autobiographie et des souvenirs, en plus de lectures dans le cadre des circonstances qui l'entourent, enrichissant ainsi l'histoire marocaine contemporaine.

A cette occasion, M. Maâninou a passé en revue les étapes ayant constitué le socle des six tomes de ses mémoires, ces mémoires qui tracent le parcours de quatre décennies d'un journaliste et d’un fin connaisseur qui était proche du centre du pouvoir, se disant fier de cette expérience combien riche sur les plans politique et médiatique.

Dans le 6è tome de ses mémoires intitulé "l’adversaire et l’ami", le journaliste braque les projecteurs sur les cinq dernières années de la vie de feu SM Hassan II, ainsi que les étapes qu’a connues le Maroc durant cette période et qui ont été marquées par l’élaboration d’une nouvelle constitution, de nouvelles élections et d’un nouveau gouvernement. Elles étaient aussi marquées par les prémices d’une "éclaircie" politique qui a abouti à une transition démocratique en douceur.

L'ouvrage de 326 pages de format moyen, publié par Éditions et Impressions Bouregreg, traite plusieurs thématiques réparties en huit parties, notamment "Les jours passent, ndlr", "Les années de l'espoir, ndlr" et "De la révolution à la fortune, ndlr".

Outre "L'adversaire et l'ami", la série "Ayyam Zamane" est composée de cinq autres tomes, à savoir "Le cortège du Sultan", "La victoire éclatante", "La bataille de l'existence", "Les années maigres" et "Le serviteur du Roi".

M. Maâninou essaie de contribuer, à travers cette série, à la préservation de la mémoire nationale, cette réserve partagée qui s'érode au fil des années et des décennies, "transformant des peuples entiers en des patients atteints de la maladie d'Alzheimer qui ne se souviennent ni de ce qu'ils ont vécu ni sont capables de voir ce qui s'en vient".

Né à Tanger en 1944, Seddik Maâninou est titulaire d'une licence en Droit. Il a participé à nombre de rencontres universitaires et stages professionnels en matière de communication, de journalisme et de relations internationales dans plusieurs pays, notamment la France, l'Allemagne et les États-Unis. Durant son parcours professionnel à la Radio et télévision nationale, il a assuré la couverture médiatique de plusieurs événements historiques tels que la Marche verte ainsi que des conférences des sommets arabes, islamiques et africains au Maroc et à l'étranger. M.Maâninou a également occupé plusieurs responsabilités au niveau du ministère de la communication.