Projets du nouveau modèle de développement des provinces du sud : Laftit rassure

5437685854_d630fceaff_b-
777
Partager :

Abdelouafi Laftit a souligné que dans le cadre de ce programme important, 12 conventions relatives aux programmes de développement intégré des provinces du sud au titre de la période 2016-2021 ont été conclues

Le ministre de l'intérieur Abdelouafi Laftit, a affirmé, ce jeudi 9 novembre à Rabat, que la réalisation des projets programmés dans le cadre de la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement dans les provinces du Sud progresse à un bon rythme, compte tenu du coût total des projets achevés ou en cours de réalisation, qui a atteint près de 34,6 milliards de dirhams au mois d'octobre.

Laftit, qui présentait le projet de budget du ministère de l’intérieur pour l’année 2018 devant la commission de l'intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville de la Chambre des représentants, a souligné que dans le cadre de ce programme important, 12 conventions relatives aux programmes de développement intégré des provinces du sud au titre de la période 2016-2021 ont été conclues, comprenant 160 projets de réhabilitation urbaine pour les régions de Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab pour une enveloppe globale de 3.350,54 millions de dirhams, avec une contribution de 1.713 millions de dirhams du ministère de l’intérieur.

Lors de cette rencontre, qui s’est déroulée en présence du ministre délégué auprès du ministre de l’intérieur, Noureddine Boutayeb, Laftit a relevé que dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme de développement des provinces du sud, dont le lancement a été donné par le roi Mohammed VI en novembre 2015, le comité de pilotage national de ce programme, présidé par le ministère du l’intérieur, a tenu six réunions aux niveaux central et régional pour suivre l'achèvement de ce programme structurant.

Le ministre a, en outre, relevé qu’en vue d’accompagner ce programme, une série de mesures ont été adoptées, dont la promulgation de plusieurs décrets et lois organiques et la généralisation de circulaires et de guides portant sur différents aspects juridiques, financiers et techniques, outre l’intensification de la formation et l’intégration de l'approche genre dans le développement territorial.

Selon Laftit, le projet de budget sectoriel du ministère de l’intérieur pour l'année 2018 vise à continuer d’œuvrer pour atteindre les objectifs stratégiques du secteur, en accord avec le programme du gouvernement et les instructions royales, qui consistent en l’activation des mécanismes de la régionalisation avancée et la réduction des disparités en accordant une attention particulière au monde rural et aux programmes destinés aux jeunes, au développement humain et à la réforme de l’administration.

S’agissant de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), le ministre a relevé que le bilan de l'Initiative au cours des neuf premiers mois de cette année a connu la programmation de plus de 994 projets et une dynamique au niveau de tous les secteurs vitaux, dont l’infrastructure, le renforcement des capacités ayant bénéficié à plus de 249. 571 personnes.

Le coût de ces projets s’est élevé à environ 720 millions de dirhams, financés à hauteur de 348,7 millions de dirhams par l’INDH, a poursuivi Laftit, en soulignant que le secteur de l’enseignement occupe une position avancée pour ce qui est du bilan des programmes de l'INDH.

Le ministre a également évoqué les efforts déployés par son département dans un certain nombre de domaines, dont celui de la lutte contre la criminalité, la drogue et la traite humaine, le développement du secteur des transports et de la mobilité urbaine, la création du registre national de la population, l’action de l’inspection générale, et le processus de règlement du statut des immigrés présents sur le territoire dans le cadre de la politique d'immigration et d'asile adoptée par le Maroc.

L'enveloppe financière globale attribuée au budget du ministère pour l'année 2018 totalise 28,24 milliards de dirhams, a conclu le ministre, en précisant que cette enveloppe comprend le budget de gestion de (22,13 milliards de dirhams), le budget des investissements d’une valeur de 6,11 milliards de dirhams, tandis que les provisions allouées aux comptes spéciaux pour l'année à venir se sont élevées à 38,22 milliards de dirhams.