Quand à 2h il sera 3 h, mais encore

5437685854_d630fceaff_b-
202
Partager :

https://tracking.omnitagjs.com/tracking/pixel?event_kind=INVENTORY_PASSBACK_PUBLISHER&attempt=a1e0f4e2e726c9554ae35fc528aec903https://tracking.omnitagjs.com/tracking/pixel?event_kind=INVENTORY_PASSBACK&attempt=a1e0f4e2e726c9554ae35fc528aec903https://tracking.omnitagjs.com/tracking/pixel?event_kind=AVAIL&attempt=a1e0f4e2e726c9554ae35fc528aec903Le ministre de la Réforme administrative a bien promis de révéler les résultats d’une étude sur l’impact des changements d’horaire sur la santé des marocains, mais pour l’instant on attend toujours

Les députés européens devraient adopter une résolution, ce jeudi à midi, destinée à mettre fin au changement d’heure bisannuel dans l’Union Européenne. Les pays qui sont à GMT + 1 reviendraient à l’heure normale toute l’année.

Encore faudrait-il convaincre les 28 pays membres de l’Union Européenne. Les « abolitionnistes » de l’heure d’été s’appuient sur des études qui font ressortir que le changement d’heure provoque plus d’accidents, plus de perturbations dans les familles et la société, plus de problèmes de santé etc.

En 2016, une équipe finlandaise animée par le docteur Jori Ruusskanen, de l’université de Turku, a constaté qu’au cours des deux jours qui suivent le passage à l’heure d’été, le taux global d’accidents vasculaires cérébraux était de 8 % plus élevé et 20 % des personnes souffriraient de problème de santé « pour synchroniser » le brutal changement d’heure, et principalement les enfants.

Enfin, des organismes européens de sécurité routière notent une augmentation des accidents de piétons, le soir, après le retour à l’heure d’hiver.

A leurs yeux l’argument économique ne semble pas tenir. C’est pour lutter « contre le gaspillage de la lumière » que l’Allemagne, la Grande Bretagne et la France – ont commencé à changer d’heure en 1916. Les États-Unis y sont venus à leur tour en 1918.

Aux États-Unis, l’université de l’Indiana, qui a dressé le bilan énergétique de l’heure d’été, estime qu’il ne tient plus. Les éclairages privés et publics sont nettement plus économes en énergie. Ce sont désormais les appareils de climatisation qui tournent et dévorent davantage de courant électrique.

Le Maroc, pays de mimétisme par excellence, a longtemps hésité avant de l’adopter en 2012. Ses partisans s’appuient sur les mêmes arguments économiques que les Occidentaux.  Mais son application s’est tout de suite trouvé compliquée par la survenue du Ramadan pendant ce premier semestre de sa mise en œuvre. Ses détracteurs n’en ont été que renforcés. Le gouvernement marocain malgré quelques débats a maintenu le cap recourant aux mêmes arguments que les homologues européens, il n’a toutefois présenté aucune étude dans ce sens, ni aucun chiffre n’est jamais venu prouver chaque année les acquis de ce changement d’horaire. Le ministre de la Réforme administrative a bien promis de révéler les résultats d’une étude que son département compte mener, sur l’impact de ses différents changements d’horaire, chaque année, sur la santé des marocains, mais pour l’instant en attend toujours.