Rabat: La médecine traditionnelle chinoise se fait invasive

5437685854_d630fceaff_b-
509
Partager :

Rabat - La pratique et les caractéristiques de la médecine traditionnelle chinoise ont été mises en avant, jeudi à Rabat, lors d'une conférence organisée par l'Institut Confucius relevant de l'Université Mohammed V.

La conférence, animée par un groupe d'experts en médecine traditionnelle chinoise, dont le président de la Fédération mondiale des sociétés d'acupuncture-Moxibustion (WFAS), Liu Bao-Yan, a permis de présenter notamment le traitement par acupuncture et les expériences de la médecine traditionnelle chinoise, et de mettre en exergue l'importance de l'échange d'expertises entre les chercheurs marocains et leurs homologues chinois dans ce domaine.

Dans ce cadre, le président de l'Université Mohammed V de Rabat, Mohamed Rhachi, a souligné à cette occasion que l'organisation de cette conférence scientifique s'inscrit dans le cadre de la consolidation des relations historiques entre le Maroc et la Chine, estimant qu'il s'agit d'une démonstration de la volonté des deux parties de renforcer les relations de coopération entre les universités chinoises et marocaines, en particulier l'Université Mohammed V.

Dans une allocution lue en son nom, M. Rhachi a relevé que la médecine traditionnelle chinoise surtout l'acupuncture, qui a des résultats tangibles dans le traitement de nombreuses maladies, gagne en popularité auprès des Marocains, notamment avec l'ouverture de nouveaux centres de traitement et la disponibilité de médecins spécialisés.

Le paysage médical national est renforcé par neuf centres de médecine traditionnelle chinoise où toutes les spécialités sont pratiquées sous la supervision de 78 médecins spécialistes, a-t-il indiqué, notant que le premier centre de médecine chinoise au Maroc a été ouvert à Settat voici 40 ans.

Le nouveau centre prévu à Casablanca, qui a récemment fait l'objet d'un accord entre le Maroc et la Chine, constituera une référence dans ce domaine sur le continent africain, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Karima Yatribi, directrice de l'Institut Confucius à Rabat, a fait savoir que cette conférence fait partie des activités culturelles et scientifiques organisées par l'Institut, en coopération avec l'Ambassade de Chine à Rabat, soulignant l'intérêt croissant que les Marocains portent pour la médecine traditionnelle et les méthodes de traitement alternatives.

De son côté, Dongyun Chen, conseillère culturelle à l'ambassade de Chine à Rabat, a relevé qu'une telle conférence vise à raffermir les relations sino-marocaines dans le domaine de la médecine et en matière d'échange d'expériences et d'expériences entre les spécialistes des deux pays.