Saccage d’une mosquée universitaire : Et si c’étaient les Islamistes ?

5437685854_d630fceaff_b-
275
Partager :

Une affaire qui a intéressé Sputniknews, site russe d’information, reprenant des sites marocains : Des inconnus ont fait irruption dans la mosquée de la cité universitaire d'Errachidia, dans le sud-est du Maroc, et l’ont vandalisée, déchirant des exemplaires du Coran et brisant la porte et les fenêtres de l’édifice, indiquent les médias marocains.

« Des corans déchirés et brûlés, l’infrastructure en bois de la mosquée dégradée, des tapis troués… Tel est désormais l’état de la mosquée de la cité universitaire d’Errachidia, dans le sud-est du Maroc, relatent les médias marocains.

Des étudiants de l’établissement ont posté dimanche 16 juin sur les réseaux sociaux plusieurs photos, témoins de la haine qui s’est déchaînée contre cette mosquée. Les vandales ont brûlé plusieurs exemplaires du Coran et brisé la porte et les fenêtres de l’édifice religieux, a indiqué Bladi.net, se référant au site d'information de la ville de Marrakech, Kech24.

D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que cette mosquée est la cible d’attaques, des inconnus ayant précédemment volé des tapis dans ce lieu de culte, a rappelé le média marocain Le Site Info, citant «une source bien informée».

Le ou les auteurs de cet acte restent encore inconnus, tout comme leurs motivations, a encore noté Kech24, qui ne précise pas s’il y a eu, ou non, ouverture d’une enquête. » Ce n’est pas un fait nouveau. Tout au début des années 70, alors que la guerre des campus battaient son plein entre gauchistes et islamistes, un espace de culte du Lycée Mohammed V de Casablanca avait été saccagé et des corans déchirés. Le coupable était tout trouvé : les gauchistes athées. Des années plus tard on découvrira que c’est Motii et ses partisans de la chabiba islmaya qui n’avaient pas reculé devant la profanation de la mosquée pour justifier leur bastonnade et provoquer la répression policière.