Traite des êtres humains : installation des membres de la Commission nationale

5437685854_d630fceaff_b-
226
Partager :

Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a présidé, jeudi 23 mai à Rabat, la cérémonie d'installation des membres de la Commission nationale de coordination des mesures de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains, en tant que nouveau levier renforçant les acquis des droits de l'Homme et de la démocratie et un élément fondamental dans le système des droits humains.

A cette occasion, El Otmani a noté que les compétences attribuées à cette Commission lui permettraient de soumettre des propositions au gouvernement dans le but de préparer le plan d'action national et de proposer des mécanismes efficaces pour faire face à ce phénomène, qui allient les avantages de la prévention et de la sensibilisation et les impératifs de dissuasion et de protection.

Il a souligné que l'attente du gouvernement vis-à-vis de la Commission à soumettre des propositions et des avis consultatifs exigeait une connaissance du phénomène de la traite des êtres humains sous divers aspects, ce qui oblige ses membres à mener dans un premier temps une étude interne sur le terrain et la préparation d'une base de données.

La traite des êtres humains est une forme moderne d'esclavage qui ne peut être tolérée dans des sociétés respectant les droits de l'homme et l'égalité entre hommes et femmes, a relevé M. El Otmani, notant que c'est une forme d'humiliation et de dégradation de la dignité humaine criminalisée et combattue avec tous les instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme.

Le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, indiquait que la traite des êtres humains comprenait de multiples formes telles que l'exploitation sexuelle, le travail et la servitude forcée, l'esclavage ou des pratiques similaires à l'esclavage, la réduction en esclavage ou le prélèvement d'organes.

M. El Otmani a appelé les membres de la Commission à proposer diverses possibilités de coopération et de coordination entre les différents départements gouvernementaux concernés et les institutions poursuivant le même objectif, des mécanismes de coopération entre différents ministères et organisations de la société civile afin de sensibiliser au phénomène de la traite des êtres humains et de protéger les victimes, et à s'ouvrir sur les expériences des principaux pays leaders dans ce domaine, soulignant que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour soutenir la Commission et lui permettre de s'acquitter convenablement de sa tâche afin d’atteindre les objectifs escomptés.