Un bilan pluviométrique assez rassurant dans l’ensemble

5437685854_d630fceaff_b-
612
Partager :

Après les dernières pluies, le cumul pluviométrique au Maroc est plutôt excédentaire dans certaines régions et déficitaire dans d’autres

Le cumul des pluies a atteint 103,6mm dans la région Rabat-Salé, 102mm à Ifrane, 45mm à Larache, 24 à Agadir, 34mm à Tan et 76,8mm à Casablanca, et ce du 1er au 9 février dernier.

Le directeur de communication à la direction de ma météorologie nationale, Lhoussaine Youabd a fait savoir que « la moyenne des précipitations enregistrées dans la majeure partie du royaume a connu une nette amélioration et le déficit s’est réduit par rapport à la normale sur 30 ans ».

Le bilan est excédentaire de -10 à 50% sur le Gharb, le Haouz, le Moyen Atlas et le sud des provinces du sud. De -5 à 10% sur l’ouest de la Chaouia.

Sur le nord de l’Oriental, le bilan reste normal et est légèrement déficitaire de -5 à 10% sur Chiadma et Doukkala, de -10 à 20% sur le Saiss et la rive méditerranéenne, de -20 à 25% sur Abda et les plateaux de phosphate et de -25 à 35% sur les plaines de Tadla et le Haut Atlas.  

Il est déficitaire de -35 à 50% sur le Souss, le sud de l’Oriental et le nord des provinces du sud et de -50 à 60% sur le sud des versants sud-est.

Par ailleurs, les dernières précipitations ont été accompagnées de chutes abondantes de neige, atteignant 280 cm de hauteur au Moyen Atlas.

Quant aux retenues des principaux barrages du Maroc, elles ont atteint plus de six milliards de m3 au 9 février dernier, enregistrant ainsi un taux de remplissage de 39,6%. Un niveau inférieur à la même période de l’année précédente.

Les barrages Nakhla, Bouhouda, Sebou, Sidi Said Maachou ont atteint leur taux de remplissage optimal, soit 100% à cette date. Une progression a été constatée au niveau de Dkhila (60,8% contre 50,1% en 2017) et Timinoutine (94,2% contre 76,1%). Par contre, les réserves d'eau ont chuté dans plusieurs barrages, notamment celui de Mohammed V (8,9% contre 63,7%), Bin El Ouidane (20,4% contre 44,8%), Hassan 1er (24,4% contre 47,3%), Al Massira (18,5% contre 42%) et Youssef Ben Tachfine (19,6% contre 35,8%).

De son coté, le ministère de l’agriculture a affirmé que les prévisions pluviométriques et les chutes de neige devraient permettre une résorption du déficit pluviométrique. Il a ajouté que les conditions climatiques de l’actuelle campagne agricole évoluent ainsi favorablement et les cultures en place continuent leur cycle végétatif normalement.