Une supercherie algérienne déjouée par le Maroc

5437685854_d630fceaff_b-
42917
Partager :

Le quotidien arabophone Assabah a révélé ce jeudi 10 Aout avoir une copie d’une plainte que le ministère des affaires islamiques et des Habous vient de recevoir de la part des responsables de la zaouia El Alawiya. Une plainte déposée parce qu’un réseau algérien a trafiqué des documents attribués au ministère des Habous dans le but mettre à la tête de la zaouia en question un Algérien

Les responsables de la zaouia ont découvert une lettre datant de janvier 2013 et portant le sceau du département d’Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des affaires islamiques, et indiquant que l’Algérien, Adlan Khaled Bentounès, auteur d’une recherche sur le soufisme, est le nouveau cheikh de la tariqa El Alawiya Echadilia Eddarkaouia. Ce qui est, bien entendu, faux.

Le ministère des Habous a alors fait savoir que le document en question a été falsifié dans la mesure où l’administration émettrice, le fonctionnaire signataire et le sceau utilisé n’appartiennent pas au ministère.

Le faux cheikh de la zaouia marocaine, arrivé vendredi dernier à Oujda, a été intercepté par les éléments de la police judiciaire de Taourirt  (chargés de l’enquête) dans le but de lui demander de s’expliquer sur la falsification des documents officiels et sur l’usurpation d’une fonction religieuse.

Un responsable de la zaouia marocaine estime que cette affaire montre encore une fois que l’Algérie ne cesse de multiplier les tentatives pour noyauter le champ religieux au Maroc dans le but de « permettre à ses ouailles de s’y mouvoir et d’y diffuser ses idées subversives ».

L’Algérien en question réside en France et aurait déjà nommé des représentants dans certaines villes au nord-est du Maroc.