Au féminin c’est une Ballonne d’or

5437685854_d630fceaff_b-
270
Partager :

Il s’agit d’une première dans l’histoire du Ballon d’or. A partir de cette année 2018, le sacre est également offert à une femme. Depuis 1956, le Ballon d’or était réservé exclusivement aux hommes. Mais comment conjuguer ce ballon d’or qui se décline au féminin : Balonne d’or ? Quoi qu’il en soit c’est bien que ce soit pour cette première fois une Viking pour porter un ballon à l’image de ses cheveux, d’or

A 23 ans, la Norvégienne Ada Herberg a remporté lundi le premier Ballon d'Or France Football féminin de l'histoire. Avec 185 buts en 149 matches avec l'Olympique Lyonnais (l’OL) depuis son arrivée en 2014, Ada Hegerberg est une buteuse rare.

Le jury composé d’un panel de 45 journalistes de différentes nationalités spécialistes dans le foot féminin a été fasciné parle caractère et la puissance de la Norvégienne.

Durant la soirée au Grand Palais, la footballeuse a exprimé sa fierté, et a adressé un message aux jeunes filles partout dans le monde.

 «C'est fantastique ! Je n'ai pas de mot, c'est incroyable ! C'est un grand moment pour moi. J'ai envie de commencer par dire merci à mes coéquipières, parce que cela n'aurait jamais été possible sans vous, merci. Merci au staff, à mon club l'Olympique Lyonnais, merci à un homme particulier, notre président Jean-Michel Aulas, merci pour tout ce que vous faites pour le football féminin. Vous êtes un exemple pour tout le monde. Je voudrais remercier mon fiancé et toute ma famille. Je voudrais aussi remercier France Football pour nous permettre de briller, c'est une grande étape pour le football féminin. Je voudrais terminer en m'adressant aux jeunes filles partout dans le monde : croyez en vous», a-t-elle annoncé.

Pour le magazine France Football, « À l'heure où la place faite aux femmes suscite tant de débats sociétaux, l'arrivée de cette suprême récompense n'a rien d'opportuniste ». Il s'agit « d'une évolution logique pour une discipline en pleine expansion ».

« Un essor qui se traduit aussi bien dans la montée en puissance de plusieurs enseignes de mieux en mieux structurées (OL, Wolfsburg, PSG, Manchester City, Chelsea...), que dans le nombre de licenciées (plus de cinq millions à travers le monde, dont 165.000 en France), dans les audiences télé (764 millions de téléspectateurs recensés lors du Mondial 2015) ou dans les affluences (sept matches à plus de 50 000 spectateurs lors du Mondial 2015 au Canada) », explique le magazine de football français dans un article publié sur son website.