Coupe du monde 2026 : Le Maroc en passe de l’emporter ?

5437685854_d630fceaff_b-
913
Partager :

La candidature du Maroc pour la coupe du monde 2026 commence de plus en plus à ressembler à un feuilleton aux rebondissements incessants. Hier, le dossier marocain semblait voué à l’échec, aujourd’hui plusieurs motifs d’optimisme voient le jour

Le dossier marocain prit au dépourvu par l’ajout de critères à la dernière minute, semble reprendre des couleurs avec des soutiens de plus en plus en nombreux.

Des soutiens en nombres

Le ministre des affaires étrangères marocains, Nasser Bourita, présent au 29ème sommet arabe a annoncé que tous les pays arabes présents soutiennent la candidature du Maroc. « Le sommet a affirmé, à l’unanimité, son soutien à la candidature du Royaume du Maroc à l’organisation du Mondial 2026 et appelé tous les Etats à apporter un soutien total et un appui sans faille à cette candidature » déclare le ministre. Un soutien de poids, de près de 22 états, qui vient consolider le dossier marocain

En plus des pays arabes, l’Afrique semble acquise à la cause marocaine. Le président de la Confédération africaine de Football, Ahmad Ahmad a déclaré que "Je suis le président des 54 pays membres et je voudrai que mon engagement en faveur de la candidature du Maroc ne souffre d'aucun doute. C'est toute l'Afrique qui est directement concernée par cet engagement marocain". Soit un soutien de 54 fédérations africaines, qu’il faut pondérer car il n’a pas été exprimé explicitement par la totalité des fédérations. Cependant plusieurs fédérations, silencieuses jusque-là, ont déclaré leur appui à la candidature du Maroc, comme l’Egypte, le Nigeria et même l’Algérie.

Le Maroc dispose aussi d’alliés de poids en Europe. La France et la Belgique ainsi que le pays organisateur, la Russie, ont exprimé leurs volontés de voir la coupe du monde 2026 au Maroc. Pyutr Barkalov, membre de la fédération russe, aurait déclaré que le Maroc a les capacités nécessaires à l’organisation de la coupe du monde. Ce soutien est bien sur politique (l’autre candidature étant américaine) mais il reste primordial quand on connait l’influence régionale de l’ogre russe.

David contre Goliath

Les « lueurs d’espoirs » se multiplient mais l’objectif est loin d’être atteint. Sans vouloir enfoncer des portes ouvertes, l’influence américaine est difficilement insurmontable.

La fédération saoudienne a presque officiellement apporté son soutien aux Etats-Unis. La limite de la « solidarité arabe » s’arrête au seuil des intérêts nationaux. Une nation a plus intérêt à soutenir le géant américain ou une petite nation du nord de l’Afrique ? L’évidence de la réponse montre la difficulté de la tâche à réaliser pour le Maroc.

La FIFA elle-même a du mal à résister à cette influence. 9 critères défavorables au Maroc (et donc favorable à la candidature américaine) ont été ajouté la veille du dépôt du dossier pour la candidature marocaine. Une démarche critiquée par le président de la fédération marocaine de football, Fouzi Lekjaa, qui dénote un manque de transparence et de rigueur dans le processus de candidature pour l’organisation de la coupe du monde.

Difficile de gagner un match ou l’arbitre a déjà choisi le vainqueur. Toute la difficulté pour le Maroc, sera de passer outre ces critères et de se retrouver au vote des fédérations où il semble remporter la main.