Le prodige du foot Mohamed Ihattarne ne sera pas marocain

5437685854_d630fceaff_b-
392
Partager :

La raison l’a emporté sur le cœur, si jamais cœur il y avait : Le joueur Mohamed Ihattaren ne sera pas marocain. Après une longue hésitation, ce prodige du football né aux Pays-Bas de parents marocains, est une vraie pépite encensée à l’unanimité par les la presse sportive néerlandaise a finalement décidé de jouer pour son pays natal. 

Son cas et son hésitation sur l’équipe nationale pour laquelle il jouerait lui ont même valu un sévère recadrage de l’ex-international devenu entraineur, Ruth Gullit, dont les parents sont originaires du Surinam, qui avait appelé les autorités néerlandaises de ne plus accepter dans les écoles de football les enfants d’origine marocaine si jamais Lhttaren optait pour le Royaume de ses parents. Ihattaren, rapporte le site Maghrebintelligence « a fait ses classes au sein des catégories jeunes de l’équipe nationale hollandaise. Qu’à cela ne tienne. Le président de la Fédération Marocaine de Football, qui vole d’un échec à un autre, ajoute-il s’obstinait « à le faire jouer pour l’équipe nationale du Maroc. Et pour cela, il ne regarde pas à la dépense. L’homme fort du football chérifien veut faire oublier aux supporters le fiasco de la Coupe du monde 2018 en Russie et la déconfiture de la Coupe d’Afrique 2019 en Égypte. »

En octobre dernier, rappelle le site, « le président de la FRMF envoie aux Pays-Bas une délégation composée de Tarik Najem, secrétaire général de la fédération, et des anciens internationaux Noureddine Naybet et Aziz Bouderbala pour soutenir Mohamed Ihattaren qui venait de perdre son père d’un cancer. A l’époque, personne n’ose critiquer ce geste « calculé » qui n’a rien à voir avec les prérogatives de la fédération marocaine de football. Le tout-puissant président de la FRMF ne s’arrête pas en si bon chemin. Il décide de prendre en charge le rapatriement et l’inhumation au Maroc du corps du père d’Ihattaren. Et Fouzi Lekjaâ embarque avec lui dans cette « funèbre » opération de séduction, un haut représentant de l’Etat en la personne du gouverneur d’Al Hoceima, Farid Chourak. En l’espace de quelques jours, la FRMF se substitue au ministère en charge des Marocains résidents à l’étranger, de la Fondation Hassan II pour le RME et du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger. »

« Cela dit, précise le , a démarche intéressée et peu délicate de Fouzi Lekjaâ n’a échappé ni aux observateurs ni à la famille « endeuillée » de Mohamed Ihattaren. Ce dernier, avec l’appui de sa mère, vient de rejeter catégoriquement l’offre du président de la FRMF, en optant pour l’équipe nationale des Pays-Bas. »