Mondial 2026 : L’hôpital qui se moque de la charité

5437685854_d630fceaff_b-
821
Partager :

Aux Etats-Unis, il existe une loi qui permet au meurtrier d’un homosexuel de voir sa peine allégée ou simplement d’être acquitté

En avril dernier, l’agence américaine Associated Press soulignait que le dossier de candidature du Maroc pour l’organisation du Mondial 2026 passait sous silence la loi anti LGBT qui existe au royaume. De son côté, la président de l’AMDH, Ahmed Haij déclarait d’ailleurs qu’à cause de cette loi, les personnes LGBT qui viendraient au Maroc pour suivre la compétition, à supposer que le Maroc soit choisi pour son organisation, risqueraient de faire face à beaucoup de discrimination.

En mettant l’accent sur l’existence de cette loi, l’agence américaine pensait peut être mettre toutes les chances du côté du trio adversaire du Maroc (Etats-Unis, Mexique, Canada). Mais il s’agit là d’une tentative maladroite, puisqu’aux Etats-Unis, il existe une loi qui permet au meurtrier d’un homosexuel de voir sa peine allégée ou simplement d’être acquitté. Et ils appellent cela la « gay panic ».

La « gay panic » est donc une défense dite partielle en général utilisée dans les affaires d'homicides. Les accusés peuvent, grâce à cette défense, alléger leur peine en affirmant avoir agi dans un état de violence momentané causé par un prétendu état psychiatrique appelé « panique homosexuelle » face à des avances faites par une personne du même sexe. 

Cette défense existe encore dans les textes de loi de 48 Etats. La Californie et l’Illinois l’ont réformé et elle ne peut être utilisée que dans des cas très particuliers.

Semblable à la « gay panic », il existe aussi ce qu’on appelle « la trans panic defense » qui est aussi utilisé dans les cas d’homicides dont les victimes sont des personnes transgenres ou intersexuées.

Et c’est un pays comme les Etats-Unis, où il existe une loi qui permet aux meurtriers des homosexuels de s’en sortir sans grand problème en plaidant une « panique homosexuelle », qui pointe du doigt le Maroc dans le seul but de le discréditer.