Mondial 2026 : Le président de la FIFA viole les règles de la neutralité

5437685854_d630fceaff_b-
3640
Partager :

A quelques jours du vote pour désigner l’organisateur du Mondial 2026, le président de la FIFA cache à peine sa préférence pour le trio Etats-Unis-Canada-Mexique au profit du Maroc

Gianni Infantino s’est en effet prononcé sur le Mondial 2026 lors d’une interview publiée dans L’Equipe. Le président de la FIFA a déclaré, concernant les revenus que l’organisation du Mondial en Amérique pourrait générer, que « ce sont des projections » avant de poursuivre : « on verra ce que nous dira la réalité. Je pense qu’on peut avoir une hausse des revenus d’abord parce qu’on aura un mondial à 48 équipes. Cela génère un boost commercial ».

Par ailleurs, pour réagir aux critiques qui pèsent contre la FIFA concernant la procédure d’attribution, Infantino a affirmé que le processus avait été suivi du début à la fin.

Or, ce n’est pas l’avis du Maroc qui estime qu’il y a eu des manœuvres pour écarter la candidature du royaume. Un proche du président du comité de la candidature marocaine affirmait d’ailleurs qu’ils avaient senti que le vent avait tourné en faveur du dossier nord-américain au sein de la FIFA et qu’ils ont préparé une contre-attaque.

C’est donc en misant sur l’argument « démocratie » que le Maroc a réussi à faire valider sa candidature alors que des rumeurs circulaient concernant l’intention de la FIFA d’éliminer la candidature marocaine.

Ce n’est pas tout. Lors de l’interview en question, Gianni Infantino a aussi déclaré : « j’espère que chaque fédération regardera le rapport et ne jugera pas avec un autre critère. Regardez le rapport et ce qui est bon pour le football. Prenez une décision qui doit être basée sur vos convictions, uniquement liée au football. Car sinon vous ne faites qu'une déclaration de géopolitique ». Une façon à peine voilée de pousser les fédérations à ne pas voter en faveur du Maroc et qui est contraire à son rôle de président de la FIFA.