Une histoire algérienne - Par Naïm Kamal

5437685854_d630fceaff_b-

Ahmed Ben Bella et Houari Boumediene. Ils avaient tout pour être les fondateurs d’un Etat moderne projeté vers l’avenir…

1
Partager :

http://www.quid.ma/uploads/details/naim-final.jpg

La virulence de la réaction de la nomenklatura et des leaders d’opinion algériens chaque fois qu’il est question de l’histoire de l’Algérie et particulièrement de la continuité de son Etat dans le long cours historique, est déconcertante. 

Nul doute que le dernier questionnement du président français Emmanuel Macron sur la préexistence de la nation algérienne à la colonisation française était calculé, cherchant intentionnellement à appuyer là où c’est censé faire mal. Et il a fait mouche. Il n’en demeure pas moins que venant d’un descendant de la colonisation, c’est aussi maladroit que déplacé. 

Un vieux questionnement

Il n’est toutefois ni le premier ni le seul à se poser des questions sur les fondements du récit national algérien tel qu’il a été configuré par ceux qui ont capté les fruits de la libération de l’Algérie.

Bien avant que l’indépendance ne soit, Ferhat Abbas, président du premier gouvernement provisoire de la République algérienne, président de l’Assemblée nationale constituante après l’indépendance, a interrogé en 1936 « l'histoire […] les vivants et les morts […] visité les cimetières » sans rencontrer l’Algérie. Il en est revenu plus tard de ce négationnisme absolu pour renouer avec les thèses de sa jeunesse sur l’algérianité. Mais il a posé la question qui fâche. 

Plus proche de nous, Noureddine Boukrouh, fondateur le Parti du Renouveau Algérien, ancien ministre (1999-2005), compare l’Algérie à des sans-papiers et n’hésite pas à se décrire lui-même et ses compatriotes comme « des clandestins de l’Histoire».

A son antipode, l'historien algérien Abdelkrim Badjadja, ancien directeur général des Archives nationales, fait remonter l'histoire de l'Algérie en tant qu'Etat jusqu'à l'an 202 avant J-C. Elle serait de ce fait le plus vieil Etat du monde.

Plus mesuré, l’historien et islamologue algérien Mohammed Arkoun, pondère. Il récuse l’idée d’un Etat continu depuis les temps immémoriaux et préfère parler d’Etats éphémères, sans continuité. 

L’intangibilité des frontières héritées du colonialisme

Mais dans ce débat qui peut paraitre à la limite byzantin, la vraie question est de savoir de quelle Algérie on parle. Celle d’aujourd’hui ? Celle qui a préexisté à l’occupation française sous l’empire ottoman alternant trois siècles durant « administration directe » et tutelle de la Sublime Porte, ou encore celle numide chère à Abdelkrim Badjaja ? Car selon que l’on parle de l’une ou de l’autre, l’aire géographique où l’Algérie se déploie change de dimensions territoriales et d’épaisseur ethnoculturelle. 

La numide et l’ottomane ne vont guère plus loin que la bande nord de l’Algérie actuelle, s’étendant tout au long de sa façade méditerranéenne, en constante fluctuation dans un espace variable compris entre le Maroc et la Tunisie. Et ce n’est pas lui faire injure de dire que ses limites d’aujourd’hui qui en font le plus grand pays africain en termes d’espace, elle les doit à l’occupation française. Ses officiels les plus recroquevillés sur la grandeur de l’Algérie le reconnaissent implicitement lorsqu’ils se font dans les instances régionales et internationales les chantres ardents et véhéments du principe de l’intangibilité des frontières héritées du colonialisme.

C’est un truisme, les frontières et leur géographie politique ont constamment changé au gré des mouvements de l’histoire et des gloires et décadences des empires ; puissances, dit-on aujourd’hui. La bonne question n’est donc pas celle d’Emanuel Macron, mais celle de savoir si l’Algérie, pour être, avait-t-elle vraiment besoin d’avoir préexisté à l’occupation française, ou pouvait-elle se satisfaire de sa jeunesse et de son histoire récente forgée dans la lutte indépendantiste pour se projeter dans l’avenir et se construire sur la vitalité de sa fraicheur ?

Pour l’exemple seulement, les Etats Unis d’Amérique n’ont pas eu à s’arrimer à une histoire qui remonterait au big-bang, ou à chercher s’ils ont préexisté au Royaume Uni, à l’Espagne et à la France. Héritiers d’une culture gréco-romaine disparate, ils se sont, bien au contraire, affranchis de la vieille Europe et des pesanteurs de son histoire pour faire de leur propre patchwork en deux siècles la puissance par excellence. 

Le gâchis

A sa naissance, l’Algérie actuelle héritait d’un vaste et riche territoire que mêmes les revendications territoriales légitimes du Maroc des lendemains de l’indépendance, ne pouvaient, si elles avaient abouti, en compromettre les promesses. Ses atouts la prédisposaient à un avenir radieux : Une révolution sublimée et adulée, l’autorité morale qui en découlait, un contexte international porteur, des terres arables bien mises en valeur par les colons, un sous-sol généreusement nanti, un gap scientifique et technologique et plus généralement culturel entre pays développés et sous-développés encore possiblement rattrapable (la Corée du Sud et l’Espagne en sont la preuve), des cadres et une jeunesses mobilisée qui en voulaient…

Que s’est-il donc passé pour qu’en moins d’un demi-siècle tout cela ait été compromis ? Pour que la jeunesse de ce pays pourtant riche regarde son avenir par-delà la Méditerranée ? On peut oser des réponses, mais on s’en abstiendra tant il appartient d’abord aux Algériens de les chercher et de les trouver en eux-mêmes. Encore faudrait-il qu’ils acceptent de revisiter leur maison commune de fond en comble. De revenir à une certaine humilité. De se libérer de leurs mégalomaniaques prétentions à la puissance. De se défaire de leurs rodomontades va-t-en guerre. De soigner la paranoïa qui leur fait voir des complots contre leur existence là où il n’y en n’a pas. De revoir leur concept de l’Etat-pivot unijambiste qui ne repose que sur le seul surarmement importé aux dépens de l’essentiel. Et, enfin et surtout, de cesser d’imputer leurs défaillances aux autres. Pour tout dire, ce dont l’Algérie et les Algériens ont besoin, c’est d’une refondation en rupture avec les choix idéologiques de l’aube de leur indépendance. Ça Parait énorme, mais faisable.