Bras de fer entre les ophtalmologues et les opticiens

5437685854_d630fceaff_b-
238
Partager :

Le projet de loi 45.13 suscite la colère des ophtalmologues. Cette loi qui porte sur l’exercice des professions  de rééducation, de réadaptation et de réhabilitation fonctionnelle évoque le bras de fer entre les ophtalmologues et les opticiens.

Le syndicat national des ophtalmologistes  privés du Maroc a tenu, mardi 12 mars une conférence de presse suite aux travaux de l’Assemblée générale pour l’élection du bureau de la région Casablanca-Settat, peut-on lire dans un communiqué du syndicat rendu public mercredi 13 mars.

Cette conférence de presse a mis en avant les sujets de conflits résultats du projet de loi 45.13 qui se répercute négativement sur l’exercice  de la profession, en exposant les citoyens à des conséquences gravissimes.

Ce qui dérange les ophtalmologistes, c’est l’article 6 de cette loi :

« L'opticien lunetier délivre au public des articles d'optiques destinés à corriger ou à protéger la vue. Préalablement à leur délivrance, il réalise l'adaptation et l'ajustage desdits articles au moyen d'instruments de contrôle nécessaire. Il délivre les produits d'entretien et de conservation des lunettes et de lentilles de contact ainsi que les produits de leur humidification.

« Toutefois, l'opticien lunetier ne peut délivrer aucun dispositif médical d'optique sans prescription médicale dans les cas suivants :

1) Pour les sujets de moins de 16 ans ;

2) L'acuité visuelle inférieure ou égale à 6/10 après correction ;

3) Amétropies fortes ;

4) Presbyties en discordance avec l'âge ».

Le 2e vice président du syndicat national des ophtalmologistes privés du Maroc, Docteur Mohamed Chahbi  a incité les parlementaires à ne pas voter pour ce projet de loi 45.13 à la deuxième chambre, après l’avoir approuvé à la première chambre, en l’absence d’implication des médecins ophtalmologistes, peut-on lire dans le communiqué du syndicat national des ophtalmologistes  privés du Maroc.

« L’approbation de cette loi  met en péril la santé des citoyens »

Docteur Mohammed Chahbi a tiré la sonnette d’alarme contre les dangers colossaux que pourraient engendrer l’approbation de ce projet de loi, en insistant sur le fait que les ophtalmologistes n’ont rient contre les opticiens compétents, et qu’ils reconnaissent que les deux professions sont complémentaires, à condition de respecter, chacune de son côté, les limites des compétences instaurés par la loi, et en précisant que « le rôle de l’ophtalmologiste est celui d’examiner le patient, afin de déterminer la nature de la pathologie dont il se plaint ».

Pour les ophtalmologues, « Cette dernière ne peut être en aucun cas diagnostiquée que par l’ophtalmologiste spécialisé et formé dans ce contexte, et qui est apte à fournir au patient une prescription médicale avec la correction visuelle adaptée à ses lunettes, que l’opticien est dans l’obligation de respecter ».

« Docteur Chahbi a ensuite attiré l’attention sur les dangers que pourraient occasionner l’approbation de cette loi donnant l’autorisation d’examiner les yeux par des personnes non formées à cet effet, sous prétexte de l’application d’une loi mise en place à l’époque du protectorat en 1954, au moment où notre pays, ne comptait aucun médecin ophtalmologiste dans ses rangs ».

Le communiqué ajoute « Aujourd’hui, nous assistons à une tentative de transcription de l’article 5 de cette ancienne loi, dans le projet de loi 45-13, au même moment où nous disposons de 1000 ophtalmologistes au secteur privé, en plus de approximativement 1000 autres dans le secteur public et les universités ».

Docteur Chahbi a insisté en expliquant que la problématique actuelle ne concerne pas uniquement les ophtalmologistes mais c’est surtout un sujet qui concerne la santé des citoyens marocains avant tout, vu que l’ophtalmologistes est l’unique intervenant apte, par son cursus universitaire, à examiner le patient, à l’opposé des opticiens, qui parmi eux, il y a ceux qui ont un Bac+2, ou d’autres qui n’ont même pas obtenu leur Bac. En parallèle, il a confirmé que les appareillages et les équipements relatifs à l’exercice de l’ophtalmologie sont strictement réservés aux ophtalmologistes autorisés.  

Le syndicat des opticiens choqués

« Au SPNOM, nous avons été choqués par la réaction des ophtalmologistes », déclare à nos confrères du HuffPost Maroc la présidente du syndicat des opticiens Mina Ahkim. Les opticiens ont exprimé ce choc dans un communiqué rendu public.

Ils y soulignent « qu’il n’ont pas enfreint la loi en respectant à la lettre ce que stipule le dahir de 1954. Et de rappeler que l’article 5 (repris dans l’article 6 du projet de loi 45-13) ne leur interdit de mesurer l’acuité visuelle que dans certains cas. Dès que nous décelons une pathologie, nous l’adressons à l’ophtalmologue. Mais une diminution de la vision ne cache pas toujours une pathologie », affirme Mina Ahkim.

Quel est l’origine de ce conflit ? Une initiative du Comité national de prévention des accidents de circulation (CNPAC) s’est déroulée entre les 21 et 23 février 2018 dans laquelle le comité a voulu sensibiliser sur l’importance de la santé  visuelle dans les aires de repos des autoroutes du Maroc, incluant des examens visuels gratuits réalisés par une équipe médicale spécialisée en ophtalmologie.

Mais, selon le communiqué du syndicat national des ophtalmologistes libéraux au Maroc, la campagne a été faite en partenariat avec le syndicat des opticiens, qui n’ont contacté aucune association, société savante ou syndicat d’ophtalmologue, et de ce fait pratique la médecine de manière illégale.

Le syndicat précise également qu’il s’agit d’une campagne publicitaire sponsorisée par une marque de verres correcteurs, sous couvert d’action sociale, et compte saisir les autorités compétente, à leur tête le ministère de l’équipement et des transports, de la logistique et de l’eau, afin de mettre fin aux « tentatives de banalisation des actes médicaux ».