Le Nobel de la Paix 2018 décerné à un médecin congolais et une militante irakienne

5437685854_d630fceaff_b-
344
Partager :

Le Prix Nobel de la Paix 2018 a été attribué au médecin congolais Denis Mukwege et à la militante irakienne yézidie Nadia Murad pour avoir "combattu avec courage les crimes de guerre et demandé justice pour les victimes", a annoncé ce vendredi 5 octobre le Comité du Prix Nobel à Oslo

"Les deux lauréats ont largement contribué à attirer l'attention sur ces crimes de guerre et à les combattre. Denis Mukwege est l’assistant qui a consacré sa vie à la défense de ces victimes. Nadia Murad est le témoin qui raconte les abus perpétrés contre elle-même et les autres", explique le Comité.

"Chacun à sa manière a contribué à donner une plus grande visibilité aux violences sexuelles perpétrées pendant la guerre, de sorte que les auteurs de ces actes puissent être tenus responsables", poursuit la même source.

Le médecin congolais Denis Mukwege a passé une grande partie de sa vie à aider les victimes des violences sexuelle en République démocratique du Congo. Depuis que l'hôpital de Panzi était établi à Bukavu en 2008, le Dr Mukwege et son personnel ont traité des milliers de patients victimes de telles agressions. La plupart des abus ont été commis dans le contexte d'une longue guerre civile qui a coûté la vie à plus de six millions de Congolais.

Nadia Murad est elle-même victime de crimes de guerre. Elle a refusé d'accepter les codes sociaux obligeant les femmes à garder le silence et à avoir honte des abus auxquels elles ont été soumises. Elle a fait preuve d’un courage exceptionnel à raconter ses propres souffrances et à prendre la parole au nom d’autres victimes.

Nadia Murad est un membre de la minorité yézidie dans le nord de l'Irak où elle vivait avec sa famille dans le village éloigné de Kocho. En août 2014, le groupe terroriste dit "Etat islamique" a lancé une attaque brutale et systématique contre la province de Sinjar pour l’extermination de la population yézidie.

Dans le village de Nadia Murad, plusieurs centaines de personnes ont été massacrées. Les femmes plus jeunes, y compris des enfants mineurs, ont été enlevées et détenues comme esclaves sexuels. Nadia Murad n'est que l'une des 3000 filles et femmes yézidies victimes de viol et d’autres abus commis par l'armée de "l'Etat islamique".

Après trois mois de captivité, elle a réussi à s’évader et a choisi depuis de parler ouvertement des souffrances qu’elle a subies. En 2016, à l'âge de 23 ans, elle était nommée premier ambassadeur de bonne volonté de l’ONU pour la dignité des survivants du trafic d'êtres humains.

Denis Mukwege et Nadia Murad ont tous deux mis à risque leur sécurité personnelle en combattant avec courage les crimes de guerres et en demandant justice pour les victimes. Ils ont ainsi promu la fraternité des nations à travers l’application des principes du droit international.