Les grèves en baisse en 2018

5437685854_d630fceaff_b-
153
Partager :

Un total de 134 grèves ont été enregistrées en 2018 au niveau de 119 établissements, dans les secteurs de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture, contre 154 dans 121 établissements en 2017, soit une baisse de 12,99% du nombre total de grèves enclenchées dans ces secteurs, indique un rapport du ministère du Travail et de l'Insertion professionnelle.

De même, 22.196 salariés ont observé la grève en 2018, contre 12.977 en 2017, soit une hausse de 71,04% de l'ensemble des salariés en grève, précise le rapport sur l’état des grèves enclenchées et évitées au titre de l'année précédente. Le nombre de jours de travail perdus est passé de 116.851,5 en 2018 contre 178.289,25 en 2017, soit une baisse de 34,46%.

26 grèves à Casablanca-Settat

Selon les régions, la majorité des grèves enclenchées en 2018 en été enregistrées dans la région de Casablanca-Settat, avec 26 grèves, soit un taux de 19,40%, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (25 grèves/18,66%), Souss-Massa (19/14,18%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (13/9,70%).

Le secteur des services occupe la première place avec 51 grèves dans 42 établissements, soit 38,06% du total des grèves enclenchées, suivi du secteur de l'industrie (32 grèves dans 30 établissements, soit 23,88%), le secteur de l'agriculture, (25 grèves dans 22 établissement/18,66%), les secteurs du bâtiment et travaux publics (14 grèves dans 14 établissements/10,45%) et le commerce (12 grèves dans 11 établissements/8,96%).

En ce qui concerne la répartition des grèves enclenchées selon les branches d'activité économique, le rapport relève que l’agriculture est en tête avec, au total, 25 grèves dans 22 établissements, devant les activités du bâtiment et travaux publics et de gestion des déchets ménagers avec 14 grèves chacune, dans respectivement 14 et 12 établissements.

S'agissant des principales causes des grèves en 2018, le rapport indique que le retard de paiement ou le non-paiement des salaires est à l'origine de 66 cas enregistrés, soit 24,54%, suivi de l'atteinte de la protection sociale (37 cas/13,75%), le non-respect de la durée de travail (28 cas/10,41%) et le licenciement (27 cas/10,04%).

La tendance baissière est également constatée au niveau des grèves évitées. Selon les statistiques, un total de 1.644 grèves ont été évitées dans 1.056 établissements en 2018, contre 1.784 dans 1175 établissements en 2017, soit une baisse de 7,85%, générant ainsi un total de 128.841 jours de travail gagnés, sur la base d'un jour de travail pour chaque ouvrier et chaque conflit.

La répartition selon les régions révèle que Rabat-Salé-Kénitra a enregistré 403 grèves évitées, soit 24,51%, suivie de Casablanca-Settat (377 grèves évitées/22,93%), Fès-Meknès (249/15,15%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (163/9,91%).

D'après le rapport, le retard de paiement ou le non-paiement des salaires demeure le motif principal des grèves évitées, avec 461 cas enregistrés, soit 23,85%, suivi du licenciement (328/16,97%) et la protection sociale (163 cas/8,43%).