Ecole : contre le Jihad, Averroès

5437685854_d630fceaff_b-
895
Partager :

Si on veut faire jouer à l’école son rôle, on enseigne au Lycée Averroès et Al Ghazali ensemble, dans une neutralité académique

On nous avance que l’enseignement doit plaider pour un Islam tolérant. Les actes sont très éloignés des paroles. Les programmes, les discours des professeurs de l’éducation religieuse sont aux antipodes de cette volonté affichée. Déjà, il faut nous expliquer pourquoi faut-il 6 heures par semaine pendant des années pour apprendre les cinq fondamentaux de l’Islam : la chahada, la prière, la zakat, le jeûne et le hajj. Tout le reste n’est pas de la formation mais de l’idéologie et celle-ci est incompatible avec la transmission du savoir, dans la neutralité exigée de l’école.

L’école n’est pas là pour former de bons musulmans. L’enseignant islamiste, voir salafiste est en droit de donner à ses élèves sa propre vision de l’Islam. Le mécréant, il y en a peu actuellement, se sent la vocation de les détourner de la religion.

C’est le nœud du problème. L’école doit former des individus capables par eux-mêmes de faire des choix, des interprétations. C’est son unique rôle à ce niveau. Ce n’est ni au pouvoir, ni à un corps enseignant inféodé aux différents cancers, de décider ce que doivent penser les Marocains de demain.

Si on veut faire jouer à l’école son rôle, on enseigne au Lycée Averroès et Al Ghazali ensemble, dans une neutralité académique. IBN Rochd, en même temps que Maimonide pour les juifs et François d’Assises pour les chrétiens, posait la question de la relation de la foi avec la nationalité, en s’appuyant sur Aristote.

Al Ghazali rejetait tout cela, réclamait la reproduction des jugements des anciens « Anakl wa l’AKL  » et surtout écrivait que ce qui rapproche l’humain de Dieu c’est uniquement la peur. Al Ghazali, IBN Taymia et Daech sont la continuité d’une foi qui refuse à l’individu, même au croyant, le droit de réfléchir, y compris pour renforcer sa foi.

Enseigner cela donnera à nos enfants les moyens de choisir. Il n’y en aura pas un seul qui ira s’exploser pour les 77 vierges. Il y en aura qui choisiront l’interprétation d’Al Ghazali et tomberont dans le Jihad. Même les problèmes sécuritaires seront d’une autre nature.

Je vous invite à revisiter l’expérience d’Abou Hafs, qui a  beaucoup évolué au grand dam des autres salafistes. Il l’a écrit, ce changement est lié à ses lectures et il a lu Kant, Durkheim et bien d’autres. Faire confiance à l’intelligence des humains, leur apprendre l’esprit critique, leur donner les moyens cognitifs, tel est le rôle de l’école. Toute idéologisation, même prétendument moderniste, est funeste.

PS : lisez « Le traité décisif » d’Averroès en français.