Formalisation à Paris d'un don de trois œuvres de feu Mohamed Kacimi au Musée Mohammed VI de Rabat

5437685854_d630fceaff_b-
1510
Partager :

Les collections du Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain de Rabat s’enrichiront de trois œuvres du grand peintre marocain, feu Mohamed Kacimi, don de la mécène Christine Boutboul, qui a été formalisé, ce vendredi 26 janvier, lors d'une cérémonie au siège de l'ambassade du Maroc à Paris

L’acte relatif a ce don a été signé, en présence notamment de l'ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, par Boutboul et Mehdi Qotbi, président de la Fondation Nationale des Musées.

Boutboul s’est félicitée que ces trois oeuvres puissent revenir au Maroc comme feu Kacimi aimait toujours le faire durant les cinq années où il développait sa carrière à l'international.

"Je me réjouis de restituer ces œuvres qui sont assez importantes et qui même si elles ne sont pas immenses par rapport à de grandes toiles, elles sont le début d'une série importante, celle des Atlassides et des conteurs", a-t-elle confié, rappelant qu'elle a eu l'occasion de travailler avec Kacimi du temps où il menait sa carrière international.

"Pour un musée national, il me semblait légitime" qu'il détienne ces trois peintures, a-t-elle souligné.

Pour sa part, Mehdi Qotbi s'est félicité de cette initiative qui, a-t-il dit s'inscrit dans le cadre l'encouragement au don.

Il s'agit de trois œuvres d'un des grands artistes marocains, a-t-il dit, appelant tous les Marocains à œuvrer pour la promotion de cette culture de partage et de don.

Qotbi a exprimé également sa fierté de voir cette cérémonie se dérouler au siège de l’ambassade du Maroc, se réjouissant par la même de la volonté exprimée au plus haut niveau de l’Etat d’encourager de telles initiatives.

Chakib Benmoussa s'est félicité, de son côté, de cette contribution importante de nature à enrichir les collections des Musées marocains, soulignant à son tour que la culture du don doit être cultivée par de tous.

Par ailleurs, Mehdi Qotbi est revenu sur le bilan de sa visite de travail à Paris, entamée lundi dernier, et au cours de laquelle il a eu des entretiens avec les responsables de prestigieuses institutions intervenant dans le domaine de la culture et des arts.

Il a ainsi rencontré la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, avec qui il a évoqué notamment les moyens d’intégrer dans l'éducation la pratique des visites des musées qui sont des lieux éducatifs et d'ouverture d'esprit exceptionnels.

Qotbi a également tenu une réunion avec la Directrice du Musée national Eugène-Delacroix, Dominique De Font-Réaulx, pour aborder l'exposition prévue en 2020 au Maroc et qui sera consacrée au peintre français dont le Musée porte le nom.

Avec Jean-Luc Martinez, président-directeur du Musée du Louvre, il a abordé l'accompagnement par le Musée français du futur Musée de l'art de l'islam prévu à Fès.

Il a été également question du renouvellement de la convention signée entre le musée du Louvre et la Fondation nationale des Musées qui devra inclure aussi des volets relatifs à la formation et l'accompagnement.

Lors d'une rencontre jeudi avec l'ancien président français François Hollande, Mehdi Qotbi a, d’un autre côté, invité l'ex-chef de l'Etat français à donner une conférence au Maroc sur la culture comme moyen de dialogue entre les peuples et comme rempart contre l'extrémisme et l'obscurantisme.

Il a, d'autre part, précisé que l'année 2019 sera placée sous le signe de l'impressionnisme au Maroc, expliquant que c'est la première fois que le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat abritera une exposition dédiée à ce courant.

Mehdi Qotbi a souligné, à cette occasion, la volonté de SM le Roi Mohammed VI de démocratiser la culture et de la rendre accessible à tous les Marocains, rappelant la décision du Souverain de faire de Rabat la ville des lumières et la capitale de la culture.

Ainsi, la capitale du royaume accueillera en avril prochain une exposition réunissant les grands noms de la peinture moderne dont Picasso, Matisse, Braque, Miro, a-t-il indiqué en notant que la programmation du Musée Mohammed VI est digne des plus grands musées du monde.

Il s'agit de donner la possibilité à tous les Marocains d'avoir accès à ces artistes et de voyager dans l’univers de ces grands artistes, a-t-il affirmé.

Mehdi Qotbi avait rencontré, en début de semaine, le président de l'Institut du Monde Arabe (IMA), Jack Lang, avec qui il a évoqué l'organisation en 2019 à Rabat d'une biennale d’art méditerranéen.

Lang s’était réjoui de «la belle idée» de cette biennale, soulignant sa volonté de mener à bien la réflexion engagée à ce sujet et de «travailler activement» à la réalisation de ce projet.

De son côté, Mehdi Qotbi s’était félicité des relations d’amitié et de confiance le liant personnellement à M. Lang ainsi que de la coopération riche et variée existant entre la Fondation nationale des Musées et l’IMA et qui se trouvera, une nouvelle fois, concrétisée à travers l’organisation en 2019 d’une biennale d’art méditerranéen à Rabat, la capitale de la culture et des lumières.

Mehdi Qotbi avait saisi l’occasion de son entretien avec M. Lang pour lui présenter l’ouvrage : «Lumières africaines, l’élan contemporain» (éditions langages du sud).