Khénifra: 3ème édition automnale du festival ''Ajdir Izourane''

5437685854_d630fceaff_b-
479
Partager :

Khénifra - La troisième édition automnale du festival ''Ajdir Izourane'', s'est ouverte, en grande pompe, mercredi à Khénifra, sous le thème ''L'eau dans la culture Amazighe".

Le coup d'envoi de cette édition, organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI les 16 et 17 octobre par l'Association Ajdir-Izourane pour la culture amazighe, en partenariat avec le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports, a été donné par le gouverneur de la province de Khénifra, Mohamed Fettah, en présence de personnalités civiles et militaires, d'acteurs associatifs et de plusieurs figures du monde de la culture amazighe.

La version automnale du festival, qui ambitionne d'honorer la culture amazighe en tant que composante fondamentale de l'identité marocaine et du patrimoine commun de tous les Marocains, intervient après l'organisation, en juillet dernier, de la version estivale du Festival qui s'était tenue sous le thème "Le patrimoine immatériel amazigh, levier pour la durabilité du développement".

Dans une déclaration à la MAP, le directeur du festival, Ahmed Hamid, a souligné que cette 3ème édition automnale, qui célèbre le 18ème anniversaire du Discours Royal d'Ajdir, se veut une occasion pour rappeler les efforts soutenus déployés par le Royaume qui a fait le choix pertinent et irréversible de la défense et de l'officialisation de la langue amazighe, composante indispensable de l'identité nationale.

M. Hamid a précisé que la session automnale du Festival d’Ajdir Izourane sera marquée par l’organisation de plusieurs ateliers et d'une rencontre poétique dans le plateau d’Ajdir au milieu de la cédraie du site et ce, avec la participation de poètes et poétesses amazighs venant de différentes villes et villages du Moyen Atlas, faisant savoir que le programme de cette édition connaîtra l'organisation de deux colloques axés sur la symbolique de l'eau dans la culture amazighe.

Pour sa part, le président de l'Association Amane des sources D'Oum Errabia, Mohamed Mouhttane, a souligné que le choix du thème de cette édition prend en considération plusieurs paramètres, à savoir la problématique du changement climatique et la nécessité d'accélérer la cadence de la préservation et de la protection des ressources naturelles.


M. Mouhttane a mis en avant l'importance de cette édition dans la sensibilisation à la promotion d'une gestion plus réfléchie des ressources hydriques, relevant que la problématique de l'eau est l'une des plus grandes préoccupations de la communauté internationale, d'où la programmation prochainement d'un festival phare concernant l'eau, à savoir le Festival de l'eau d'Oum Errabia qui se veut une occasion de remettre la problématique de l'eau sur la voie d'une gestion plus rationnelle, efficace et durable.

Par ailleurs, cette édition sera rehaussée par la tenue de deux colloques scientifiques. La première conférence, qui portera sur le thème de "L'eau dans culture amazighe", sera marquée par quatre interventions à savoir: "L'eau dans la culture amazighe entre réalisme et symbolisme" de Mohamed Yassine de l'Université Moulay Ismaïl-Meknès, "Le symbolisme de l'eau dans la culture amazighe" de Driss Akdouch de l’Université Ibn Tofail-Kénitra, "L'eau dans l'histoire du Maroc" de Ali Wahidi et Said Bouzidi de l’Université de Sidi Mohamed Ben Abdellah-Fès, alors que la 4ème sera axée sur l’eau entre croyances religieuses et pratiques sociales des communautés des oasis, animée par Lahcen Habran.

Cet événement, qui se veut une plateforme d’échange d’initiatives et d’interaction pour les compétences locales, régionales et nationales dans la perspective de consolider le brassage créatif entre les différentes composantes de la culture amazighe, sera ponctué également par la tenue d’un 2ème colloque scientifique centré sur "Les mécanismes de gestion de l'eau chez les Amazighs", et composé de quatre autres interventions sur des thématiques relatives à l’eau dans la culture amazighe entre coutume et loi, à la gestion de la pénurie face aux crises climatiques, aux techniques d’exploitation de l’eau et de valorisation de la culture amazighe ainsi qu’aux formes de gestion de l’eau dans les oasis au Maroc.

A l'issue de cette cérémonie d'ouverture, un hommage posthume a été rendu à plusieurs figures du monde académique, médiatique et artistique, et de la poésie amazighe, dont feu Bouazza N'Moussa, feu Rahou El Moussaoui et feue Yamna Naaziz.

Ont pris part à cette cérémonie, qui a été marquée également par la participation d’une troupe de musique traditionnelle venue du Congo Brazzaville et de troupes d’Ahidous de la ville de khénifra, une pléiade de chercheurs, d’experts, d'intellectuels et d’autres intervenants du monde de l'art et de la culture.

Le Festival a pour but de faire connaître et promouvoir la culture amazighe et ses dimensions civilisationnelles et historiques afin de lui permettre d'occuper la place qui lui échoit au sein de la société et jouer le rôle qui lui sied dans les domaines social, économique et culturel.