M'hamid El Ghizlane aux rythmes de la musique africaine

5437685854_d630fceaff_b-
479
Partager :

Les habitants de M'hamid El Ghizlane et ses visiteurs nationaux et internationaux ont été conquis, dans la soirée du vendredi 5 avril, lors de la deuxième soirée de la 16é édition du festival international des nomades, par des prestations musicales africaines alliant différents styles artistiques et rythmes de musique animées par des artistes en provenance principalement du Maroc, de l'Algérie, du Congo et du Côte-d'Ivoire

Ainsi, le groupe local "Ajial M'amid" a fait voyager le public sur des rythmes ancestraux portés par leurs surprenantes guitares électriques. "Sbt wahchi nzlt loudye", "Sarrt li walfi", "Sala alah oslm 3la rsoul" sont des chansons hassanies riches de l'expression de tout un patrimoine oral des nomades qui s'est transmis de génération en génération.

Le talentueux troupe de danse, de chant, de percussion et de musique trad-moderne, Ballet Liziba, qui rassemble des artistes originaires du Congo Kinshassa, Congo Brazzaville et du Côte-d'Ivoire, a fait le bonheur des mélomanes de la musique africaine en interprétant aux rythmes endiablés différents morceaux notamment "Djembé", "betu me kwiza" …, le troupe a chanté pour la paix en Afrique, la tolérance et l'amour.

La chanson amazighe a été bien présente grâce aux morceaux interprétés avec beaucoup de brillance par le groupe amazigh de Moha Mallal.

La deuxième soirée a été également marquée par la participation du groupe de l'artiste algérienne Hasna El Becharia, qui a présenté avec brio un répertoire riche et varié en musique gnaouie.

"Allah molana", "Hakmte Eldar" , "baba mimoun" et "moulaya" sont autant de chansons qui ont transporté le public, sans escale, dans un voyage festif à la découverte de la musique gnaouie. La musicienne algérienne a étonné le grand public par sa voix grave et paisible et ses textes habités par l'adoration divine et l'amour.

Durant la même journée, d'autres activités ont été organisées, course des dromadaires, hockey nomade (Mokhach) et exposition des produits de terroir afin de mettre en valeur le patrimoine culturel des nomades 

Au programme de la soirée de clôture de cette édition figure la vedette de la chanson marocaine, Noumane Lahlou, l'artiste sénégalaise Mariaa Siga, Mehdi Nassouli, le jeune surdoué qui a côtoyé les plus grands mâalems du Maroc, Cheick Tidiane Seck, le grand chanteur malien qui jongle entre jazz et musique africaine.

Fidèle à sa vocation culturelle et artistique, le festival international des nomades prévoit annuellement un large éventail d'activités ayant pour objectif de sauvegarder le patrimoine culturel et civilisationnel sahraoui et la contribution à l’essor économique de la région et sa promotion touristique.

Nouamane Lahlou clôt la 16è édition du festival international des nomades 

La vedette de la chanson marocaine contemporaine Nouamane Lahlou a clos en beauté, samedi soir à Mhamid El Ghizlane, la 16è édition du festival international des nomades.

Accueilli chaleureusement dès son entrée sur scène sous les applaudissements, Lahlou a émerveillé ses fans avec son style particulier en interprétant majestueusement des morceaux très appréciés par le public.

Il a ainsi interprété avec bio ses tubes qui vantent la beauté des villes marocaines dont "Chefchaouen Yanoura", "Bladi ya zinate al boldane", "Fès-Ard Moulay Driss" , "Lemdina lekdima" et le tout dernier morceau "Lghzala zagora" qui célèbre le patrimoine culturel, naturel et folklorique de la région du Draâ.

Outre Nouamane Lahlou, la soirée de clôture a été marquée par le passage de plusieurs artistes dont la sénégalaise Maria Siga qui a chanté son célèbre "Asekaw" qui rend hommage à toutes les femmes du monde. La star originaire de Casamance a présenté par la suite la chanson "révole" parlant de la vie quotidienne en Afrique et les ambitions du continent.

Les passionnés de la musique gnaouie ont été, par la suite, au rendez-vous avec le talentueux El mehdi Nassouli qui a gratifié le public de plusieurs morceaux de l'art gnaoui dont "Fasl rbie", "bouchaakaka", "lwalidin" et "ghita".

Le grand musicien malien Cheick Tidiane Seck a, quant à lui, transporté le public dans un magnifique voyage artistique mêlant jazz et musique africaine.

Le directeur du festival international des nomades Noureddine Bougrab s'est félicité de la réussite de cette édition et de la place qu'occupe désormais cette manifestation dans l'agenda culturel national.

Le dernier jour du festival a été également marqué par l'organisation de plusieurs activités sur le mode de vie des nomades comme la préparation du pain de sable (Mella) et hocky nomades, outre une exposition des produits de terroir.

Depuis son lancement, le festival international des nomades a connu le passage de plus de 2.500 intervenants et enregistre chaque année la participation d’une moyenne de 20.000 visiteurs marocains et étrangers, contribuant ainsi à l’essor économique de la région et sa promotion touristique.