Présentation de l'exposition De Goya à nos jours

5437685854_d630fceaff_b-
935
Partager :

L'exposition "De Goya à nos jours: Regards sur la collection Banco de España", qu'organisent la Fondation nationale des musées, la Banque centrale d'Espagne et le musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain (MMVI), vise à placer la culture au cœur des relations maroco-espagnoles, a affirmé, ce mardi 31 octobre, l'ambassadeur d'Espagne à Rabat, Ricardo Díez-Hochleitner

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Rabat consacrée à la présentation de cette exposition, placée sous le patronage du roi Mohammed VI et du roi Felipe VI d'Espagne, Díez-Hochleitner a souligné que la culture fait partie de "la relation exceptionnelle" qui unit le Maroc et l'Espagne dans différents domaines sous le leadership des deux souverains.

Le diplomate espagnol a relevé que l'histoire maroco-espagnole est jalonnée par les valeurs du vivre-ensemble, notant que les racines culturelles que partagent les deux pays se manifestent clairement dans la langue, la musique et l'art culinaire. Il a, en outre, souligné que son pays poursuivra sa coopération avec le Maroc sur tous les plans.

Il a également indiqué que la Banque centrale d'Espagne a remis au MMVI à titre de prêt une collection de plus de soixante-dix œuvres et de cinquante artistes majeurs, dont Goya, qui sont exposés pour la première fois en dehors de la Péninsule ibérique.

Pour sa part, le président de la Fondation nationale des musées, Mehdi Qotbi, a indiqué que la collection de Banco de España représente l’une des plus importantes d’art moderne et contemporain en Espagne et elle comprend des tableaux et des sculptures d’artistes de renom tels que Goya, Sorolla, Zuloaga, Saura, Tapiès, Chillida ou encore Barceló.

Les deux premiers chapitres de l'exposition "De Goya à nos jours" comprennent les images des monarques espagnoles et de personnalités connues remontant au 18è, 19è et 20è siècles, outre un tableau spécial réalisé par Goya qui a "marqué de ses empreintes l'histoire de l'art et qui fait partie des initiateurs de la modernité", a-t-il précisé.

Des tableaux de Vazquez Diaz, Sorolla et Zuloaga, qui sont eux aussi des pionniers de l'art plastique du XXe siècle, ont également leur place dans cette exposition, a-t-il ajouté.

Qotbi a, par ailleurs, indiqué que le musée Mohammed VI de l'art moderne et contemporain offre au visiteur "une opportunité de voyage entre des périodes historiques riches et bien choisies", annonçant par la même l'ouverture et la réhabilitation d'un certain nombre de musées dans le Royaume puisqu'il fait partie des pays africains et arabes qui disposent de musées spécialisés tels que le musée de porcelaine de Safi, celui du tissage à Marrakech, du cristal à Fès et celui de l'histoire à Tanger, et ce dans le but de valoriser le patrimoine national.

Pour sa part, le gouverneur de la Banque d'Espagne, Luis María Linde de Castro, a affirmé que l'exposition "De Goya à nos jours" illustre la qualité des relations existant entre l'Espagne et le Maroc, un "partenaire stratégique", notant que la culture est "un élément clé pour hisser le niveau des relations bilatérales distinguées" entre Rabat et Madrid.

De Castro a également souligné que cette exposition reflète le processus de formation du groupe artistique exposé et ses étapes les plus importantes, espérant que cette initiative soit "fructueuse" pour l'avenir des relations maroco-espagnoles.

L'exposition, organisée jusqu'au 4 février en partenariat avec le ministère espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, comprend les dessins des plus éminents artistes spécialistes du portrait et des autres créateurs qui ont immortalisé les images des Rois ayant contribué à soutenir la Banque d'Espagne depuis sa création, ainsi que les gouvernements et les personnes qui se sont engagés à son rayonnement et développement.

Les collections artistiques de l'exposition retracent également certaines étapes historiques que l'art espagnol, en général et contemporain en particulier, a traversé, de 1950 à aujourd'hui, tandis que le dernier chapitre met en lumière une sélection de tableaux internationalement connus qui remontent aux dernières décennies.