Qatar: la venue d'un groupe pro-LGBT annulée après une campagne anti-gay sur internet

5437685854_d630fceaff_b-
399
Partager :

Une conférence du célèbre groupe pop-rock libanais pro-LGBT Mashrou' Leila à la Northwestern University de Doha, au Qatar, a été annulée pour des raisons de "sécurité" après une campagne anti-gay sur les réseaux sociaux, a déclaré mardi l'université américaine à l'AFP.

L'un des groupes arabes les plus populaires au monde, Mashrou' Leila suscite régulièrement la polémique dans les pays de la région avec son chanteur Hamed Sinno, ouvertement homosexuel, et son discours favorable aux droits des LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

Le groupe devait participer cette semaine à Doha à une discussion autour des médias au Moyen-Orient mais l'événement a été "déplacé" avec l'accord du groupe à Evanston, le campus américain d'origine de la Northwestern University (en banlieue nord de Chicago), selon cette dernière.

"La décision a été prise avec beaucoup de prudence en raison de plusieurs facteurs, notamment des préoccupations de sécurité pour le groupe et notre communauté", a déclaré à l'AFP Jon Yates, responsable de la communication à la Northwestern University.

L'établissement "croit fermement qu'il est important que le monde entende les idées du groupe, leur art et leurs voix" et est "fermement engagé en faveur de la liberté académique (...), de la diversité, de l'équité, de l'inclusion et de la libre circulation des idées", a-t-il ajouté.

La décision de l'université américaine intervient après une campagne sur les réseaux sociaux contre la participation du groupe à travers le hashtag en arabe "Nous refusons la conférence de Mashrou' Leila". Plusieurs internautes ont appelé les "expatriés" à "respecter la coutume et la religion" du Qatar, pays musulman conservateur du Golfe.

Avec ses textes engagés évoquant des questions sociales, Mashrou' Leila a déjà vu ses concerts annulés en Jordanie en 2016 et 2017, à la suite de protestations de parlementaires conservateurs.

Le groupe a également été interdit de se produire en Egypte après un concert au Caire en 2017 durant lequel des spectateurs avaient brandi le drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT, entraînant une intense vague de répression contre les homosexuels. 

A l'été 2019, les organisateurs d'un festival au Liban ont annulé la prestation du groupe pour des raisons de sécurité après des accusations de blasphème et insulte aux chrétiens.

Pays hôte de la Coupe du monde 2022, le Qatar veut donner des gages d'ouverture et a assuré en septembre dernier, par la voix de Nasser al-Khater, responsable de l'organisation de l'événement, que les homosexuels, comme tous les autres supporters, sont "les bienvenus". 

L'homosexualité reste théoriquement passible de la peine de mort au Qatar.