Vernissage à Rabat de l'exposition collective célébrations picturales

5437685854_d630fceaff_b-
938
Partager :

Le vernissage de l'exposition collective "célébrations picturales", où plusieurs cultures et civilisations s'entrecroisent, a eu lieu ce jeudi 15 février à Rabat

Cette exposition célèbre, à travers les toiles d'artistes venus du Maroc et d’autres pays, la diversité et les valeurs de l’amour, de la paix et du respect de l’autre.

Surréalistes, abstraites, semi-abstraites, figuratives, naïves ou hyperréalistes, les 42 œuvres exposées interpellent, à travers les formes, les couleurs et les différentes techniques utilisées, toutes les sensibilités et semblent transmettre, toutes, le même message, celui de l’humanité dans tous ses états.

Selon Mohammed Aachati, commissaire de l’exposition, il s'agit de la première exposition internationale organisée au siège de la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation.

Cette exposition, qui "apporterait la diversité, l’amitié et la pluralité", connaît la participation de 13 artistes marocains et 7 artistes étrangers venus notamment de France, d'Italie et de Roumanie pour "partager leurs expériences diverses et multiples", a ajouté cet artiste comparé par des critiques d’art à l’artiste espagnol Joan Miro, dans une déclaration à la presse à cette occasion.

"Je veux partager une expérience intérieure (…) qui n’a aucune prétention et la montrer aux amateurs de peinture", a confié l’artiste peintre, Azzeddine Hachimi Idrissi.

Cet artiste préfère exprimer ses préoccupations en se référant à des arabesques et à des formes géométriques issus du patrimoine culturel maroco-andalou chargé de spiritualité.

"La peinture doit, avant tout, être agréable à voir et à regarder, mais aussi doit provoquer la réflexion", a-t-il estimé, rappelant que les motifs géométriques qu’il utilise sont des éléments visuels qui permettent d’avoir une prédisposition à la méditation et à la réflexion.

Pour donner vie à ses formes, ce chercheur en esthétique et en peinture a choisi le vert, "couleur de la vie et de la nature (…) à référentiel spirituel et méditatif", et le bleu, "une couleur spatiale, du ciel et de la mer".

Pour sa part, le Français Serge Noel, peintre stylo-graphiste, a choisi de faire des portraits de personnes qui l’ont fasciné durant ses déplacements et voyages.

A l’aide d’un stylo à bille, Noel a réussi à "capter les émotions de ces personnes" qui se voient clairement dans le regard du "chef de la tribu" et celui de la "petite rêveuse", deux portraits exposés dans l’espace de la Fondation.

"Je dispose de dix couleurs avec lesquelles j’essaie de superposer les traits pour donner cet effet", a-t-il expliqué.

"Au départ, j’ai choisi le stylo à bille pour m’entraîner à ne pas gommer et après je me suis rendu compte qu’avec un stylo j’avais toutes les nuances et je me suis dit pourquoi pas ce créneau", a-t-il ajouté.

De son côté, Giuseppina Rossito, une artiste peintre italienne nous présente, avec un grand sourire, sa toile deux faces "Poème de non-violence" qui dénonce toutes les formes de violence à l’égard des femmes.

La prédominance de l’orange et du violet dans les œuvres de Rossito, également présidente de l’Association "Los Specchio De Alice", n’est pas fortuite.

L’orange est la couleur choisie par l’ONU contre la violence exercée sur les femmes et le violet est une combinaison du rouge, couleur de l’amour, et du bleu, couleur de passion et de sacrifice humain, utilisée souvent dans la religion catholique, nous explique cette diplômée en sciences politiques avec son accent italien tonique.

Sur sa chaise roulante, Zohra Dif, une paysagiste-portraitiste marocaine résidant en France, nous montre des doigts ses deux toiles "Une source d’inspiration" et "Premières neiges" qui présentent la nature dans toutes ses formes.

Discrète, cette artiste nous explique qu’elle a trouvé l’inspiration pour ces deux tableaux dans l’écrit d’une amie intime.

Quelques soient les courants artistiques présentés ou l’origine des artistes, cette exposition internationale (15 février-08 mars) prouve que l’art est un moyen élégant et raffiné d’échange et de communication entre les peuples et les différentes civilisations.