CESE : le développement des services administratifs en ligne reste faible

5437685854_d630fceaff_b-
420
Partager :

Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) a consacré le focus de son rapport annuel au titre de 2016 à "La transformation digitale au service du citoyen et au profit d’un développement économique soutenu", eu égard au potentiel que représente le digital

''Le numérique est non seulement un accélérateur puissant dans l’amélioration du service au citoyen, mais constitue également un moyen efficace de lutte contre la corruption et de réduction du pouvoir discrétionnaire de l’administration'', souligne le rapport rendu public mardi, relevant que si la digitalisation de l'administration et des services publics est prise en charge avec l'implication d'acteurs nationaux, cela peut constituer une réelle opportunité pour le développement de tout un pan de l'économie nationale.

Pour y parvenir, le Conseil recommande d’élaborer une démarche globale et cohérente pour un nouveau palier de la digitalisation des services publics permettant d’assurer l’équité, la transparence et l’efficience au niveau du service assuré au citoyen à travers notamment la concrétisation de la Charte des services publics prévue par la Constitution et la mise en place d’une structure de pilotage institutionnel forte et dédiée.

Le conseil a également fait savoir qu’aujourd’hui, les indicateurs ne sont pas au beau fixe dans la mesure où le développement des services administratifs en ligne reste faible et ne représente que 10% des démarches récurrentes effectuées.

Le CESE ajoute que le Maroc se positionne à 64ème place dans le classement des pays en termes d’impact des TIC sur le plan social. Il est 120ème sur le plan économique et 83ème sur l’impact global des TIC.

Le rapport n’a pas manqué de relever l’échec du Plan Maroc Numeric 2013 qui avait pour ambition de faire du Maroc un des pays émergents dynamiques dans les technologies de l’information.

Pour arriver à ce but initial, le CESE propose de mettre en place une instance de pilotage institutionnel directement placé sous l’autorité du chef de gouvernement. Ceci afin de s’assurer de la mise en œuvre de la réforme globale et cohérente des services publics selon une stratégie arrêtée et portée politiquement par le gouvernement.

Par ailleurs, le rapport fait état, sur le plan économique, d'un ralentissement notable de la croissance du PIB, à 1,2%.

La consommation finale des ménages, l’investissement public et l’accélération des crédits à l’équipement ont été les principaux moteurs de la croissance de la demande intérieure en 2016, détaille le rapport dans son analyse du contexte national économique, social et environnementale.

Côté social, le rapport relève que le niveau de vie moyen des Marocains a presque doublé en 13 ans, notant que dans la même dynamique, le taux de pauvreté monétaire a été réduit et les inégalités sociales en termes de niveau de vie ont amorcé une tendance à la baisse.