L'agriculture biologique en quête de développement à Rabat-Salé-Kénitra

5437685854_d630fceaff_b-
626
Partager :

Kénitra - Alors que les consommateurs s'intéressent de plus en plus aux produits issus de l’agriculture biologique, Rabat-Salé-Kénitra s’attèle, à l’instar d’autres régions du Royaume, à promouvoir ces cultures afin de répondre aux aspirations des citoyens avides d’aliments certifiés bio.

Ce mode d’agriculture qui s’abstient de recourir aux pesticides de synthèse, aux organismes génétiquement modifiés (OGM), aux fertilisants de synthèse, aux hormones de croissance animales et aux antibiotiques, dans l’objectif d’offrir des aliments sains qui respectent l’environnement et la santé des consommateurs adeptes du bio, reste modeste au niveau de cette région et aspire à atteindre une ascension fulgurante.

S’étalant sur une superficie de près de 11.000 ha dans tout le Royaume, l’agriculture biologique dans la région de Rabat-Salé-Kénitra représente plus de 1.250 ha réparties essentiellement entre les cultures fourragères (536 ha), les agrumes (269 ha), l’arboriculture (235), les plantes médicinales et aromatiques (119 ha), l’olivier (48 ha) et les cultures maraîchères (45 ha), selon le directeur régional de l'Agriculture à Rabat-Salé-Kénitra, Aziz Bellouti.

M. Bellouti a souligné, dans un entretien à la MAP, qu’au niveau de cette région, la province de Khémisset occupe la première place en matière d’agriculture biologique pour le maraîchage, suivi des provinces de Kénitra et de Sidi Slimane, en ce qui concerne les agrumes.

Des données de la direction régionale de l'Agriculture indique que dans la région de Khémisset, une superficie de 220 ha est consacrée au pâturage (filière animale), 260 ha aux céréales, 40 ha à la oléiculture, 4 ha au maraîchage et aux plantes aromatiques, 2 ha à l’arbre fruitier et 2 ha à la vigne. Parmi les produits certifiés bio dans cette province, figurent notamment le poulet fermier, les œufs, les viandes, le blé tendre, l’avoine, les légumes de saisons, les poires, les figues de barbarie et les raisins.

Dans ce même contexte, M. Bellouti a souligné l’existence d’un réseau associatif pour le développement rural de Shoul, qui est un regroupement d’une dizaine d’associations situées dans la commune rurale du même nom et créé en janvier 2015, avec une superficie totale dédiée à la production biologique estimée à 75 ha, réparties sur 13 fermes appartenant à 15 agriculteurs, dont la taille moyenne des exploitations avoisine 5,7 ha.

Il a, par ailleurs, indiqué que la filière du bio dans cette région bénéficie d’une association nommée AMABIO et d’une fédération interprofessionnelle appelée FIMABIO qui se mobilisent pour la mise en exécution du contrat-programme signé avec le gouvernement.

Pour sa part, le président du Club des entrepreneurs Bio (CEBio), Slim Kabbaj a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que la région de Rabat-Salé-Kénitra se caractérise par une hétérogénéité des sols, des terres sablonneuses, argileuses ou limoneuses qui permettent un potentiel cultural diversifié, ainsi qu’une pluviométrie significative et surtout une humidité côtière, notamment les brouillards récurrents, qui permettent un arrosage non négligeable des récoltes.

Il s’agit de la seule région où il y a un grand éleveur et distributeur de poulets bio, a souligné M. Kabbaj, relevant que les types de cultures bio les plus courants sont le maraîchage, les fruits, tels que les fraises, les avocats, les grenades et les citrons. "Certains esprits créateurs font, également, des fruits exotiques et des croisements innovants", a-t-il dit.

"Les producteurs locaux affirment que beaucoup de choses poussent dans cette région, qui se prête à l’innovation, le +kale+, le petit épeautre et le seigle poussent sans grand problème", a-t-il fait observer, ajoutant que "la saisonnalité des cultures est plus marquée à Marrakech, Agadir ou Meknès, par exemple. Il y a, ainsi, des périodes creuses en termes de production de légumes Bio".

S’agissant de la consommation des produits biologiques par les citoyens, le président de CEbio a relevé que l’un des grands atouts de la région de Rabat-Salé-Kénitra est la facilité de distribution du Bio, avec une demande forte, juste derrière la région de Casablanca, faisant observer que les classes moyennes et les couches intellectuelles étant les premières à consommer les aliments Bio qui se trouvent aisément dans des dizaines de points de ventes, supermarchés de quartier, pharmacies, para-pharmacies, à Rabat et à Kénitra, et de plus en plus dans les grandes surfaces.

Sara, une jeune maman de 28 ans, confie à la MAP, que tous les aliments qu’elle achète depuis un bon moment, notamment les viandes, les légumes, les fruits et les œufs, sont issus de l’agriculture biologique.

"Je suis satisfaite et contente de consommer une nourriture saine dépourvue de tout ce qui peut nuire à ma santé, ainsi qu’à celle de ma petite famille, surtout que nous vivons actuellement dans un monde où les maladies se propagent de manière rapide", a-t-elle indiqué.

Dans ce sillage et afin de promouvoir ces cultures biologiques, des actions de sensibilisation et de formation au profit de professionnels agricoles et des formateurs relevant de la DRA Rabat-Salé-Kénitra ont été menées par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, pour renforcer leurs capacités relatives aux produits agricoles labellisés et les produits biologiques.

*MAP

lire aussi