Akhanouch appelle à un engagement collectif pour assurer la durabilité de la pêche en Méditerranée

5437685854_d630fceaff_b-
335
Partager :

Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime, Aziz Akhannouch, a appelé, ce jeudi 30 mars à Malte, à la nécessité de réfléchir  et d'agir ensemble en vue d'assurer la durabilité de la pêche en Méditerranée, qui connaît une situation préoccupante notamment une baisse de ses stocks halieutiques avec des répercussions sur la situation de milliers de pêcheurs et de leurs familles.

« La Méditerranée, qui a pour spécificité d’être une mer partagée entre plusieurs Etats, connaît une situation préoccupante notamment une baisse de ses stocks halieutiques avec des répercussions sur la situation de milliers de pêcheurs et de leurs familles », a souligné  Akhannouch devant la conférence ministérielle sur la durabilité de la pêche en Méditerranée, rappelant que le Maroc a déjà « placé le développement durable et la préservation de ses ressources naturelles au cœur de ses priorités ».

Cité par un communiqué de son département, le ministre a affirmé que « l’action unilatérale d’un pays ne permettra pas de répondre aux enjeux posés. Une coordination des différents Etats riverains de la Méditerranée s’avère nécessaire », donnant comme exemple le redressement de la pêcherie du thon rouge qui a bénéficié de démarches basées sur la concertation et la coordination entre les Etats riverains.

Il a ainsi appelé à ce que la conférence de Malte puisse être une occasion propice pour la définition des moyens à mettre en œuvre pour instaurer une nouvelle gouvernance visant la durabilité de la pêche en Méditerranée au niveau environnemental, économique et social, appelant les participants à la nécessité de « réfléchir ensemble mais aussi d’agir ensemble ».

Le commissaire européen à la pêche  Karmenu Vella a, pour sa part, insisté sur l’importance de la diversification de la pêche et des capacités.

« C'est le moment de montrer au monde ce qu’une alliance méditerranéenne forte peut réussir », a-t-il indiqué en faisant référence à la déclaration qui sera signée lors de cette conférence ministérielle.

« La déclaration que nous allons faire va poser les bases de notre action commune pour les 10 années à venir », a affirmé Vella avant de préciser que c’est là « une déclaration qui va fixer les priorités et qui permettra de suivre les avancées dans ce sens d’années en année ».

Organisée les 29 et 30 mars à Malte par la Commission Européenne, cette conférence vient consolider les acquis réalisés depuis la conférence de Venise en 2003 qui avait donné un bon élan aux pratiques de pêche responsables en Méditerranée.

Pour rappel, plus de 85% des stocks halieutiques en Méditerranée subissent une exploitation dépassant les limites biologiques. Une situation alarmante qui met en péril toute l’organisation sociale et économique établie autour des activités côtières dans le bassin méditerranéen, où le personnel travaillant à bord des navires dépasse à lui seul les 300.000.

La conférence ministérielle qui connait la participation de 15 ministres et délégations officielles représentant le secteur de la pêche dans le pourtour de la méditerranée, devrait aboutir à la signature d’une déclaration commune incitant les parties signataires à adopter un plan d’action commun et concret pour la préservation du patrimoine halieutique méditerranéen dans un contexte où la menace des changements climatiques rappelle l’urgence de l’action.