Benchamach plaide pour un système national de médiation complet et efficace

5437685854_d630fceaff_b-
174
Partager :

Le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach a souligné, ce mercredi 7 novembre à Rabat, la nécessité de mettre en place un système national unifié, complet et efficace destiné à la médiation dans ses dimensions institutionnelle, politique, sociale, civile, économique, culturelle et identitaire

S'exprimant lors de la journée d'étude organisée par la Chambre des conseillers sous le thème "La démocratie et les questions de la médiation au Maroc", Benchamach a noté que le processus démocratique au Maroc a pour ambition de renouveler ses mécanismes et développer ses outils de travail, afin d’accompagner les mutations que connait la société et apporter des réponses efficaces aux défis qui s’imposent.

Après avoir mis l’accent sur la situation des établissements de médiation sociale, il a noté que la Constitution de 2011 a jeté la lumière sur le rôle de la médiation institutionnelle conformément aux lois en vigueur, en consacrant son Titre XII à la "bonne gouvernance" et en déterminant les institutions habilitées à prendre ce volet en charge.  Il a également fait savoir que les instances de médiation institutionnelle, au même titre que les instances syndicales et partisanes et les organisations de la société civile, sont indissociables de la structure moderne de l'État, dans le sens où la constitution leur prévoit une structure juridique importante, garantissant ainsi l'indépendance de leur action.

Benchamach a, dans ce sens, noté que les récents discours du roi ont établi un diagnostic de la crise du tissu national de médiation politique, sociale et civile, tout en présentant les grandes lignes des mesures à même résoudre cette situation, soulignant à cet égard la décision de revoir à la hausse la subvention publique destinée aux instances de médiation politique.

Les travaux de cette rencontre s'articulent autour des mécanismes de médiation et les défis de la démocratie représentative et des enjeux du rétablissement de la confiance pour les institutions de médiation politique, sociale et civile.