Du rififi au sein de la majorité ?

5437685854_d630fceaff_b-
307
Partager :

Les propos de Benkirane lors du 6ème congrès de la jeunesse du PJD auraient mis EL Othmani dans un grand embarras, selon Assabah

Rappelons que Benkirane n’avait pas hésité, lors du 6ème congrès de la jeunesse, à attaquer le président du RNI, Aziz Akhannouch, ainsi que l’USFP de Driss Lachgar. Des propos qui ont poussé les concernés à demander des comptes au chef du gouvernement.

Les chefs de partis de la coalition gouvernementale ont, en effet, demandé à El Othmani de clarifier la position du PJD concernant l’avenir de la majorité. Ainsi, El Othmani a invité chez lui ses partenaires de la coalition gouvernementale afin de tenter de les rassurer et dissiper tout malentendu, souligne Al Akhbar.

Par ailleurs, il semble que les choses ne se sont pas calmées pour autant puisque les ministres du RNI et de l’USFP n’ont pas pris part au conseil du gouvernement qui a eu lieu hier.

Nos confrères de Telquel ont affirmé avoir contacté plusieurs sources proches d’Akhannouch pour connaitre les fonds de cette histoire d’absence massive. La plupart sont restées « évasives » ou « injoignables », souligne Telquel. De son coté, Driss Lachgar a déclaré être « un peu souffrant », toujours selon Telquel. Quant à Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS, il a confié à la même source « ne rien avoir à déclarer, tant que le RNI et l’USFP, premiers concernés, ne se sont pas exprimés ».   

Par ailleurs, une source au sein du RNI s’est confié à Telquel en affirmant : « le parti n’a pas de position officielle à émettre suite à ces absences [...] la seule explication est que nos ministres sont en mission à l’étranger. Mis à part Lamia Boutaleb qui a assisté au conseil du gouvernement car elle n’était pas en déplacement. Bouaida est au Japon, Aujjar au Koweït, Akhannouch en Allemagne et Elalamy en France. Je n’ai pas d’information sur où se trouve le reste de nos ministres ».

La même source estime que c’est exagérer de dire que c’était prémédité ou que ça a un rapport avec les propos de Benkirane.

D’un autre coté, Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, a préféré ne pas faire de commentaire.