CAN 2017 : Nous sommes fiers de vous. Il faut garder Hervé Renard. Rendez-vous dans deux ans.

5437685854_d630fceaff_b-
815
Partager :

La sélection marocaine de football a vu son parcours en CAN-2017 au Gabon s’arrêter au tour des quarts de finale, en s’inclinant devant l’Egypte (1-0), dimanche soir, au stade Michel Essonge de Port-Gentil (sud-est)

Les Lions de l’Atlas ont atteint leur objectif tracé pour cette compétition en franchissant le 1er tour pour la première fois depuis 13 ans, mais le rêve né de cette qualification était tellement énorme que cette sortie précoce laisse se dégager un gout d’amertume. Toutefois, ce goût d'amertume ne saurait détourner un vrai supporters de foot de la réalité. Nous n'avions pas nos meilleurs joueurs (Tannane, Belhanda, Amrabat et Boufal), l'équipe à tout de même atteint l'objectif, et a surtout montré une détermination sans failles. Il faudra s'inscrire dans cette continuité, et garder Hervé Renard, lui laissant le temps de se déployer correctement. 

Les Pharaons ont fait d’une seule pierre deux coups : ils assurent leur présence au dernier carré de ce tournoi dont ils étaient absents les trois dernières éditions, mais aussi réussissent à mettre un terme à une disette de 31 ans en termes de victoire face aux Lions de l’Atlas. En effet, la dernière victoire des Enfants du Nil sur les Lions de l’Atlas remonte à 1986. Les deux équipes se sont retrouvées en ce quart de finale pour la première fois depuis leur match nul (0-0) au 1er tour de la CAN-2006 au Caire. Lors de ce 27è duel maroco-égyptien, rivalité historique entre les deux protagonistes oblige, méfiance et vigilance étaient de mise dans les deux camps dès le coup d’envoi donné par l’arbitre gabonais Eric Otogo Castane. Les Lions de l’Atlas, qui mènent dans ce bal par 13 victoires dans leurs face à face avec les Egyptiens (contre 3 défaites et 13 matches nuls), ont tenté d’imposer leur jeu, mais voyaient souvent leurs efforts anéantis par une défense égyptienne bien en place. Les Egyptiens vont cependant lancer la première grosse alerte (14è), suite à un débordement de Mohamed Salah qui échappe au marquage de Hamza Mendyl sur le flanc droit pour servir en profondeur le virevoltant Mahmoud Hassan (Trezeguet) qui, d’un tir depuis un angle fermé, a failli faire mouche, mais le portier national Mounir El Kajoui a repoussé le danger. Les hommes d’Hector Cuper, les plus titrés de la CAN avec sept sacres à leur palmarès, même s’ils laissaient venir leurs adversaires, étaient très fermes dans les dégagements et ne laissaient rien au hasard. A la 34è minute de jeu, Nabil Dirar déborde à l’entrée de surface de réparation adverse et lance Bouhaddouz en pointe, sans trop de souci pour le gardien de but Essam El Hadari qui honore ce soir sa 150è sélection avec les Pharaons (contre 115 pour l’ancien capitaine Noureddine Naybet, le plus capé des Lions de l’Atlas).

A la reprise, les Nationaux semblaient avoir quelque peu dompté une pelouse qui a davantage compliqué leur mission, alors que les Pharaons s’y étaient déjà adaptés après leurs trois matches du 1er tour et donc légèrement avantagés. Sur une action déclenchée du centre, le tonitruant Mbarek Boussoufa profite de l’espace cédé devant lui par les défenseurs égyptiens, qui se tenaient en retrait, pour décocher un tir canon des trente mètres, mais sa balle a frôlé la transversale (56è). Les Egyptiens ne se laissent pas faire et reviennent très rapidement à la charge. Suite à une balle arrêtée, lobée dans la surface de réparation marocaine, Ahmed Salah manque de justesse d’ouvrir la marque en obligeant El Kajoui d’intervenir pour éviter in extrémis aux siens de sombrer. Mais ce n’était que partie remise puisque les Pharaons, alors que la partie s’acheminait vers les prolongations, vont retrouver aussitôt la brèche sur corner, à mettre à l’actif de Mahmoud Soleiman, le but de la délivrance pour les hommes d’Hector Cuper qui s’ouvrent grandes les chances d’un huitième sacre continental.

Les Lions de l’Atlas, quant à eux, doivent se concentrer sur les éliminatoires de la Coupe du monde, un objectif majeur pour Hervé Renard qui, s’il a fait ses preuves en Coupe d’Afrique, n’a jamais disputé jusqu’à présent une phase finale de la Coupe du monde. Les adversaires du Maroc aux qualifications pour le Mondial-2018, à savoir le Gabon, le Mali et la Côte d’Ivoire (groupe C), ont tous quitté la CAN-2017 au 1er tour.