Mondial 2026 : Le Maroc réussit à contrecarrer un complot contre sa candidature

5437685854_d630fceaff_b-
1249
Partager :

Alors que des rumeurs circulaient dernièrement concernant l’élimination du Maroc dans la course pour l’organisation du Mondial 2026, la Task Force a validé, vendredi dernier, la candidature marocaine

Selon un officiel marocain, qui s’est confié à Maghreb Intelligence, « les Marocains sentaient qu’au sein de la FIFA le vent avait tourné en faveur du dossier nord-américain ». « Le coup de la Task Force était trop gros pour qu’il ne nous mette pas la puce à l’oreille » a-t-il déclaré.

Un proche de Moulay Hafid Elalamy, a également déclaré à la même source : « nous étions bien au fait de ces manœuvres et nous avions déjà élaboré une contre-attaque ». Ainsi, c’est sur l’argument « démocratie » que le Maroc a misé, ce qui a finalement marché puisque son dossier de candidature a été validé.

En effet, la Task force de la Fédération Internationale de Football Amateur (FIFA) a validé la candidature du Maroc pour l'organisation de la coupe du monde 2026 et salué le rôle du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), son implication et son appréciation au sujet des droits de l’Homme, notamment en réalisant l’étude indépendante qui a été présentée en tant qu’élément indissociable des documents composants le dossier de candidature marocaine.

Le rapport a souligné que le Maroc "a présenté une stratégie forte en matière de droits de l'Homme qui a bénéficié du soutien de l'institution nationale des droits de l'Homme au Maroc, qui jouit d’une bonne réputation (Highly reputed), une stratégie qui bénéficie d’un soutien conséquent du gouvernement"

Il a ajouté que la FIFA considère que le plan d'action proposé par le Maroc contient une liste "non négligeable" de mesures initiales conformément aux lignes directrices des Nations Unies sur l’entreprise et droits de l'Homme (BHR - Business & Human Rights). Aussi, il dénote la satisfaction de la Task force pour l’implication du CNDH, de manière si étroite, dans la rédaction de ce plan d’action, et considère que c’est "un autre facteur positif qui renforce le dossier marocain sur l'aspect des droits de l'Homme".

Concernant le dossier conjoint (Etats-Unis, Canada et Mexique), le rapport a exprimé les inquiétudes de ses rédacteurs concernant les législations nationales et la discrimination liée à l'accès au territoire américain, ainsi que "l'absence d'engagements spécifiques en ce qui concerne la sécurité et de droits de l'Homme par le gouvernement canadien et l'administration américaine".

Dans ses conclusions finales, le rapport a accordé la même moyenne aux deux dossiers, à égalité : Il considère que les appréhensions liées aux droits de l’Homme étaient les mêmes pour les deux dossiers.

De son côté, Moulay Hafid Elalamy, président du comité de la candidature marocaine s’est félicité de cette décision et a déclaré que « le Maroc se positionne au niveau des grandes nations ».