Mondial 2026 : Le Maroc promet de lutter contre toute discrimination

5437685854_d630fceaff_b-
1304
Partager :

Selon Yabiladi, Associated Press, agence de presse américaine, s’est attelée à lire attentivement le dossier du Maroc pour l’organisation du Mondial 2026 et elle a trouvé une faille, si l’on peut appeler cela ainsi. En effet, l’agence américaine révèle que le dossier ne fait aucune mention de la loi anti LGBT qui existe au Maroc

Le président de l’Association Marocaine des Droits Humains, Ahmed Haij, a déclaré, soulignent nos confrères de Yabiladi, que le « rapport sur les droits humains au Maroc présenté à la FIFA passe volontairement sous silence un sujet que le royaume connait bien comme un crime sur le territoire ». Il a ajouté que si le Maroc venait à organiser la Coupe du Monde, les personnes LGBT qui viendront pour la compétition feront face à beaucoup de discrimination. « L’Etat ne pourra ni les protéger ni mettre en place des mesures préventives ».

Toujours selon Yabiladi, Associated Press a fait savoir qu’il existe, toutefois, une mention passagère dans le dossier marocain concernant les droits LGBT. Elle indique que la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) s’est engagée à « combattre toutes les formes de discrimination » incluant « l’orientation sexuelle ». Or, et le dossier ne le mentionne pas non plus, l’homosexualité pose problème au Maroc et les concernés peuvent même faire face à des poursuites pénales.

En effet, dans le code pénal marocain, les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont considérées comme un « acte criminel » et les coupables encourent des peines allant de six mois à trois ans de prison.

Pour revenir à cet engagement tenu par la FRMF de combattre toutes les formes de discrimination, y compris l’orientation sexuelle, il y a lieu de se poser des questions. Est-ce là une volonté réelle de franchir un pas dans la lutte contre la discrimination sexuelle ? Ou juste une manière de multiplier les chances du Maroc pour remporter cette compétition ?

Ces questions sont d’autant plus justifiées qu’on connait la position ferme du ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid, qui avait déclaré que les « homosexuels sont des ordures ».