OCP : non coupable !

5437685854_d630fceaff_b-
195
Partager :

Ce samedi 11 Mai, le procureur général kényan a annulé toutes poursuites et chefs d’accusation tenus à l’encontre d’OCP Kényan.

L’histoire remonte au 22 juin 2018. Dans le cadre d’une affaire dite « criminelle », une dizaine de responsables du bureau kényan des normes (Kebs) dont le directeur Charles Ongwae ont été arrêtés. Accusésde « complicité » dans une fraude incriminant l’OCP, ils seront poursuivis en justice pendant presque une année.

L’OCP, leader africain dans le phosphate,est alors soupçonné d’avoir introduit5.800 tonnes d’engraisnon conformes et susceptibles d’être toxiques pour l’environnement et la santé des kényans.

Trois membres de la direction d’OCP Kenya ont été mis en cause dans cette affaire. Des membres qui, on le saura plus tard, ne se trouvait même pas au Kenya au moment des faits.

Etonné par ces accusations, l’entreprise avait réagi par un communiqué en indiquant que “ces fertilisants spécifiques ont été produits pour le marché local avec la validation de laboratoires kenyans, et ont montré leur efficience auprès des agriculteurs locaux“.

Après presque une année d’enquête, et suites aux preuves scientifiques et techniques fournies par la direction minière marocaine, le procureur a finalement classé cette affaire. Le tribunal a jugé l’OCP « non coupable ». Il a annulé sur-le-champ toutes les poursuites pénales contre le personnel d’OCP et la libération inconditionnellement de la cargaison d’engrais retenue à Ballore Warehouse.

L’OCP a salué dans un communiqué cette décision du procureur. Il a rappelé son « engagement en matière de qualité répondant aux réglementations nationales et internationales, ainsi que son respect permanent en faveur d’une fertilisation raisonnée pour le développement d'une agriculture durable et responsable ».