60 % des personnes confrontées à la faim dans des pays touchés par les conflits

5437685854_d630fceaff_b-
181
Partager :

Genève - Sur plus de 800 millions de personnes confrontées à la faim dans le monde, 60 % se trouvent dans des pays touchés par les conflits, a souligné mardi à Genève le porte-parole du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), Herve Verhoosel.

"Pour la plupart des cas, les causes de la faim restent les mêmes: conflit, crise climatique et marginalisation économique. Sur plus de 800 millions de personnes confrontées à la faim, 60% se trouvent dans des pays touchés par un conflit. En excluant la Chine et l’Inde, cette proportion passe à 90 %", a déclaré M. Verhoosel lors d'une conférence de presse à la veille de la Journée mondiale de l'alimentation.

Il a rappelé que plus de 800 millions de personnes - une personne sur neuf dans le monde - souffrent de la faim chronique, incapables de satisfaire leurs besoins alimentaires de base.

L'instabilité politique et les déplacements liés aux conflits sont de puissants moteurs des crises alimentaires et entraînent une augmentation des dépenses en matière d'aide alimentaire, a-t-il souligné.

Le Yémen, la RDC, l'Afghanistan, l’Éthiopie, la Syrie, le Soudan, le Soudan du Sud et le nord du Nigéria font partie des régions exposées aux crises alimentaires les plus graves, relève le PAM, notant que ces huit pays - presque tous touchés par les conflits - représentent les deux tiers du nombre total de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë.

"Dans les pays déchirés par la guerre où l'agriculture et le commerce ont été perturbés et où l'économie s'est effondrée, les hausses de prix peuvent également faire planer le spectre de la faim", estime le PAM.

"Le Yémen connait la plus grande crise de sécurité alimentaire dans le monde", fait constater la même source, notant que 15,9 millions de personnes dans ce pays souffrent d'une grave insécurité alimentaire.