Le président Macron nomme un gouvernement réduit, paritaire et représentatif de différents courants

5437685854_d630fceaff_b-
146
Partager :

Le président français Emmanuel Macron a tenu ses promesses au lendemain de son élection à la magistrature suprême de son pays, en nommant, ce mardi 16 mai, un gouvernent réduit, paritaire et représentatif de la droite, de la gauche et du centre ainsi que des acteurs de la société civile. 

« Je veux que dans le gouvernement, il y ait des gens d'expérience mais qui viennent de la société civile, qui ont une légitimité par leurs compétences et ce qu'ils ont fait - et pas forcément de la politique - et il y aura des personnalités politiques », avait déclaré Emmanuel Macron.

Avec 11 femmes et 11 hommes, en comptant ministres et secrétaires d'Etat (mais pas le premier ministre), le premier gouvernement du quinquennat d'Emmanuel Macron a respecté parfaitement le principe de la parité.

Emmanuel Macron, qui a fait campagne sur le thème du renouvellement politique, a choisi une équipe comptant cinq ministres issus du centre et de la droite et cinq autres issues de la gauche, dont deux qui faisaient partie du gouvernement sortant.

Pour la formation de cette équipe réduite, le président français et son premier ministre, Edouard Philippe, ont tendu ainsi la main à la gauche avec notamment la nomination de Jean-Yves Le Drian, ancien ministre de la défense sous le mandat du président sortant François Hollande, aux affaires étrangères et du sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb au portefeuille de l'Intérieur.

Les représentants des courants de la droite et du centre (Gérald Darmanin, François Bayrou et Bruno Le Maire), ainsi que les acteurs de la société civile font leur entrée dans l'équipe du premier gouvernement du quinquennat du président Macron.

L'escrimeuse Laura Flessel devient ministre des sports et le médecin Agnès Buzyn, ministre de la Santé.

On retrouve dans ce gouvernement des fidèles de la première heure d'Emmanuel Macron, comme Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement "La République en Marche" nommé à la Cohésion des territoires, Sylvie Goulard aux Armées, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat chargé du Numérique ou encore Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement en charge des Relations avec le Parlement.

Le gouvernement comprend des personnalités de la société civile, comme l'ancien animateur de télévision et militant écologiste Nicolas Hulot, nommé à la transition écologique.

Annoncée initialement pour mardi, la formation du gouvernement n'a eu lieu que ce mercredi. Avant de valider cette liste, le président français avec le premier ministre, a souhaité introduire un temps de vérification afin que la direction générale des Finances publiques et la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique puissent réaliser les diligences nécessaires sur les futurs membres du gouvernement.

Quelques heures après sa nomination au poste de premier ministre, Edouard Philippe a expliqué vouloir proposer à Emmanuel Macron « un gouvernement rassembleur de compétences », assurant que le gouvernement sera composé de personnes issues de la droite, de la gauche et de gens qui viennent de la société civile.