Maroc-Iran: Le royaume comprend l'embarras de l'Algérie

5437685854_d630fceaff_b-
1130
Partager :

Le porte parole du ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale a indiqué ce mercredi 2 mai que les autorités algériennes ont cru devoir publier, ce soir, un communiqué officiel à la suite de l’annonce hier, de la rupture des relations diplomatiques entre le royaume du Maroc et la République Islamique d’Iran

A cet égard, le porte-parole du ministère voudrait préciser que: "le Maroc comprend l’embarras de l’Algérie, son besoin d’exprimer sa solidarité avec ses alliés du Hezbollah, de l’Iran et du Polisario, et sa tentative de nier son rôle occulte dans cette action contre la sécurité nationale du royaume.

Le royaume du Maroc dispose de données précises, de preuves tangibles, concernant le soutien politique, médiatique et militaire du Hezbollah au Polisario, en connivence avec l’Iran. Les autorités marocaines ont pris le temps nécessaire pour étudier minutieusement l’ensemble de ces éléments avant de prendre, en toute responsabilité, leur décision.

Quand il s’agit du rôle de l’Algérie dans l’affaire du Sahara et de son soutien flagrant au Polisario, le Maroc n’a pas besoin d’insinuer l’implication de ce pays, ni de le "mettre en cause indirectement". Il est de notoriété publique que l’Algérie, depuis 1975, abrite, arme, finance, entraine et se mobilise diplomatiquement pour les séparatistes du Polisario.

Le Maroc remercie tous les pays frères qui lui ont exprimé leur solidarité. Il déplore, en revanche, l’attitude constamment hostile de l’Algérie voisine.

En dépit de cela, le royaume demeure attaché à la préservation des liens forts avec le peuple algérien frère et continuera d’œuvrer pour voir évoluer les relations bilatérales, sur la base du bon voisinage et du respect mutuel".

Pour rappel, en réaction à la décision du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, le porte-parole du ministère des affaires étrangères algérien, Abdelaziz Benali Cherif avait qualifié les propos de Nasser Bourita de « totalement infondés ».

« Les autorités algériennes ont rejeté mercredi les propos "totalement infondés", tenus par le ministre marocain des Affaires étrangères, à l'occasion de l'annonce de la rupture des relations diplomatiques entre son pays et l'Iran, et mettant "indirectement en cause l'Algérie », avait-il déclaré.