Affaire des radars fixes : le Parquet rassure

5437685854_d630fceaff_b-
584
Partager :

L’histoire des radars fixes et des contraventions non reçues continue d’inquiéter les automobilistes Marocains qui ont été nombreux  à contacter le ministère de l’équipement et de la logistique pour éviter d’aller en prison

Il y a deux jours, Al Massae faisait savoir que beaucoup d’automobilistes risquaient d’aller en prison à cause des radars fixes et des contraventions non payées. En effet, le quotidien avait déclaré que beaucoup de Marocains risquaient d’être emprisonnés alors qu’ils n’avaient pas reçu de notifications concernant les contraventions.

Cette information a suscité l’inquiétude chez beaucoup de Marocains qui ont pris d’assaut le site du ministère de l’équipement et de la logistique, ces deux derniers jours. Soucieux d’aller en prison, ils voulaient se renseigner davantage sur les infractions routières qui leur ont été notifiées et aussi savoir comment les radars de contrôle de vitesse les ont pris  à défaut à leur insu.

Les demandeurs d’informations ont par la suite été redirigés vers l’application Android du ministère, téléchargeable sur Smartphone et tablette. L’application contient toutes les infractions relevées par les radars fixes.

Par ailleurs, la présidence du parquet général a essayé de rassurer les automobilistes concernant la contrainte de corps qui leur est imposée en cas de non –paiement des amendes. Le parquet a demandé aux agents de l’administration concernés de respecter les procédures, à savoir la notification de l’infraction et de l’amende, la fixation du délai de paiement et le dernier avertissement en cas de retard. Après toutes ces étapes seulement, vient la prison.

De son coté, le ministère de la justice a exigé que les personnes emprisonnées dans le cadre de cette affaire soit libérée dès le paiement de l’amende.