Ils traversent le détroit de Gibraltar en kayak pour dénoncer les injustices migratoires

5437685854_d630fceaff_b-
27813
Partager :

Des militants de l’association Emmaüs ont traversé le détroit de Gibraltar en kayak, d’Espagne au Maroc pour sensibiliser sur les décès des migrants en Méditerranée et défendre le droit universel à la liberté de mouvement

Trente cinq kayakistes et huit nageurs, dont le maire de Grande-Synthe (commune française), Damien Carême, ont traversé 15 km en mer, vêtus de maillots de bain. Ils ont ainsi voulu rappeler que la libre circulation fait partie intégrante de la déclaration universelle des Droits de l’Homme.

En effet, l’article 13 de la déclaration des droits de l’Homme stipule que tout le monde a droit à la liberté de mouvement et le droit de quitter un pays, y compris le sien. Paradoxalement, beaucoup de migrants perdent la vie en voulant traverser la Méditerranée, fortement surveillée, soulignent les militants.  

Deux militants d’Emmaüs sont à l’origine de cette initiative. Il s’agit de Maria Guerra, une Espagnole qui est arrivée en France fuyant le régime de Franco et Alain Gomez, d’origine marocaine. C’est pour protester contre la violation de l’article 13 par les politiques frontalières de divers pays méditerranéens que les deux organisateurs ont décidé de mener une action symbolique en traversant le détroit de Gibraltar. « C’est un lieu emblématique qui relie deux continents. Beaucoup de gens le traversent et perdent la vie », ont ils déclaré.

Pour Maria Guerra, effectuer cette traversée de 15km « met en évidence l’inégalité du droit de traverser une frontière » qu’elle-même et son collègue ont accompli. Initiative plus que louable !