Mbarka Bouaida appelle à la mise en place de nouveaux outils pour faciliter l'agriculture au féminin

5437685854_d630fceaff_b-
371
Partager :

La secrétaire d'Etat chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaida a appelé, ce mardi 12 septembre à Marrakech, à la mise en place de nouveaux outils pour faciliter l'agriculture au féminin en Afrique

Il est question "d'adopter des programmes adaptés et des réformes, notamment législatives plus avantageuses à l'égard des femmes", a expliqué Bouaida qui intervenait dans le cadre du Congrès Femmes et agriculture en Afrique (AWA) qu’organise l’ONG US "Believe in Africa" les 12 et 13 septembre dans la ville ocre.

"Aujourd'hui, nous sommes fiers des réalisations considérables de la femme africaine dans le secteur de l'agriculture, à travers son leadership et son management, dans le cadre d'associations, de coopératives ou en tant qu'agricultrices chefs d'entreprise", a-t-elle estimé.

Elle a fait observer que la femme africaine est un acteur majeur dans l'agriculture vivrière, mais aussi dans les exploitations agricoles de dimensions plus grandes et dans le secteur de la pêche où la femme est omniprésente.

"La femme africaine est un véritable acteur socioéconomique (...). Elle contribue significativement dans la création de richesses, la stabilité, la transmission aux générations futures de valeurs de partage et d'attachement à la terre-mère, faisant d'elle une force de résilience contre les différents risques et vulnérabilités", a dit la responsable.

Bouaida a, en outre, indiqué que ce congrès constitue un "cadre stratégique pour discuter à cœur ouvert, de la situation de la femme agricultrice dans un secteur qui lui doit énormément mais sans pour autant jouir de la reconnaissance qu'elle mérite", relevant que la tenue de cette rencontre sur la femme et l'agriculture à Marrakech, terre africaine par excellence, atteste de l'engagement indéfectible du Royaume pour relever ensemble les défis du développement durable du continent africain.

A l'échelle nationale, le Plan Maroc Vert (PMV) constitue un modèle d'intégration pour la femme agricultrice marocaine, a-t-elle tenu à rappeler, notant dans ce contexte, qu'en 2015, près de 11% des coopératives au Maroc sont totalement féminines et couvrent des domaines variés et cela a permis aux femmes rurales de gagner en expertise et en autonomie.

Pour sa part, Angelle Kwemo, présidente fondatrice de l’ONG "Believe in Africa", a passé en revue les principaux défis auxquels la femme africaine est confrontée dans le secteur de l'agriculture: l'accès au financement et le foncier, entre autres.

Elle a, de même, souligné que le PMV constitue un modèle de référence qui a commencé à s'exporter en Afrique faisant du Maroc un modèle de réussite en matière de politique agricole.

La séance d'ouverture de ce congrès a été marquée par la participation de John Dramani Mahama, ancien président de la République du Ghana, qui a prononcé un discours durant lequel il a exprimé sa fierté du rôle qu'a joué son pays pour le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA).

John Dramani Mahama a notamment souligné que les défis de l'agriculture en Afrique doivent être considérés comme des opportunités notamment en termes de création d'emploi.

De son côté, l'ancien ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, Aziz Mekouar, a mis l'accent sur les impacts des changements climatiques sur le secteur agricole en Afrique.

"L'Afrique regorge de ressources hydriques considérables. Si cela est bien géré, le continent africain pourra nourrir le monde", a-t-il noté.

Le wali de la région Marrakech-Safi, Abdelfettah Labjioui a, pour sa part, souligné que l'organisation de cette rencontre intervient à un moment propice marqué par le retour du Maroc à l'UA, sa famille institutionnelle, grâce au leadership du roi Mohammed VI et à l’attachement du souverain à l'Afrique.
Il a rappelé, dans ce sens, les nombreux accords de coopération conclus ces dernières années et qui ont facilité le développement des investissements privés marocains en Afrique.

Organisée par l’Association américaine "Believe in Africa" (Croire en l’Afrique), la 1ère édition du Congrès international sur les femmes et l’agriculture en Afrique a pour objectif de débattre du rôle important que joue la femme africaine dans le secteur de l'agriculture et du développement durable en général et les problématiques qui y sont liées.

Cet événement d'envergure, qui vise à définir une stratégie de soutien à la femme nourricière, réunit plus de 500 congressistes représentant, notamment des décideurs politiques, des anciens chefs d’Etat, des représentants du monde de la finance et des affaires, des experts internationaux et des représentants de la société civile pour débattre la place et l’apport des femmes africaines par rapport à une question aussi cruciale et déterminante pour le continent africain, à savoir l’agriculture et le développement durable.