Procès Al Hoceima : Trois ans de prison pour El Mahdaoui

5437685854_d630fceaff_b-
1171
Partager :

Le sort du journaliste Hamid El Mahdaoui vient d’être scellé par la chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca. Il a été condamné à trois ans de prison ferme et une amende de 3000 dhs

Condamné en première instance pour avoir « tenu tribune publique sur la place Mohammed V, incitant plusieurs personnes à manifester lors de la marche d’Al Hoceima », El Mahdaoui a été jugé séparément des autres accusés dans les événements d’Al Hoceima.

La justice avait indiqué détenir sept conversations téléphoniques entre El Mahdaoui et un dénommé Nourdine, vivant aux Pays-Bas entre les 27 et 28 mai derniers. Le journaliste avait révélé que l’homme en question avait l’intention de faire entrer des armes au Maroc et avait financièrement soutenu le Hirak pour un montant de 160 000 euros. El Mahdaoui avait également affirmé qu’il n’avait pas alerté la police parce que cela ne lui semblait pas nécessaire, jugeant les propos de son interlocuteur « insensés ».

Seulement, le juge d’instruction avait estimé qu’El Mahdaoui n’avait à déterminer si oui ou non la menace était sérieuse.

Ainsi, après les condamnations des 53 militants dans les contestations d’Al Hoceima à des peines allant de 20 ans à un an de prison ferme, El Mahdaoui a lui aussi écopé d’une peine de trois ans ferme. Le journaliste, accusé de « non dénonciation d’une tentative de nuire à la sécurité intérieure de l’Etat », doit aussi payer une amende de 3000 dhs.

A l’issue des audiences devant la chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca, le journaliste avait déclaré : « je ne conteste pas le fait d’être jugé selon le code pénal et non selon le code de la presse, mais je demande à ce que le jugement soit juste et équitable ».

Pour rappel, les peines retenues contre les manifestants d’Al Hoceima avaient provoqué une indignation presque générale chez les Marocains et les associations de lutte pour la promotion des droits de l’Homme qui ont appelé à contester.