Afrique du Sud : Zuma résiste toujours et refuse de démissionner

5437685854_d630fceaff_b-
456
Partager :

La question de la démission du président sud-africain Jacob Zuma continue de tenir en haleine l’opinion publique au pays-arc-en-ciel, où les médias rapportent ce lundi 5 février que le chef d’Etat résiste toujours aux appels de plus en plus incessants à son départ

Selon le Business Day, l’influent journal des milieux financiers et économiques, Jacob Zuma a refusé, lors d’une rencontre tenue dimanche soir avec la nouvelle direction du parti de l’ANC (au pouvoir), de quitter le poste qu’il occupe depuis 2009.

Le quotidien, qui ne cite pas de source, rapporte que le président a informé les responsables du parti de son rejet de l’offre de quitter le pouvoir ou faire face à une procédure de destitution.

Par ailleurs, les médias rapportent que les instances dirigeantes de l’ANC devront se prononcer lundi après-midi sur le sort de Zuma.

La semaine dernière, le Parti de l’Economic Freedom Fighters (EFF/opposition) a déposé une nouvelle motion de défiance contre Zuma, qui sera soumise au vote le 22 février au parlement.

Depuis son arrivée au pouvoir, Zuma avait réussi à surmonter plusieurs motions de destitution, alors que son parti de l’ANC, qui préside aux destinées des Sud-Africains depuis la fin du régime de l’apartheid en 1994, était très divisé et son mandat très critiqué sur fond d’une accentuation des problèmes économiques et sociaux dont un chômage record et des scandales de corruption à répétition.

Les appels à la démission de Zuma se font de plus en plus entendre au sein de l’ANC depuis l’accession en décembre dernier de Cyril Ramaphosa à la direction de l’ANC.

Agé de 75 ans, Zuma fait face à de nombreux scandales qui ont terni l’image de l’ANC. Il est notamment menacé par la réouverture de plus de 780 charges de fraude et de corruption notamment dans une affaire de contrat d’armement datant de la fin des années 1990.

Il est également accusé de collusion avec une richissime famille d’hommes d’affaires, d’origine indienne, les Gupta.

La situation de Zuma est devenue intenable depuis l’élection de Ramaphosa à la tête du parti. Le nouveau patron de la formation de Nelson Mandela a promis d’endiguer la corruption au plus haut niveau de l’Etat.

L’opposition sud-africaine, conduite par l’Alliance Démocratique, a appelé à la démission de Zuma avant le discours sur l’Etat de la Nation, prévu cette semaine.

Cependant, le parlement a indiqué que Zuma prononcera ce discours comme prévu jeudi.