Exploration: Le sommet marocain des hydrocarbures a fait le point de la situation

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couverture-amina-benkhdra

Dans une déclaration à la presse à la fin des travaux du sommet marocain des hydrocarbures, organisé les 7 et 8 mai courant à Marrakech,  Amina Benkhadra directeur général de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), a souligné que cette rencontre a été marquée par la programmation de  grands projets entre des entreprises d'exploration pétrolière et des entreprises de services à la recherche d'opportunités d'affaires et de  partenariats.

Le sommet a connu aussi la présentation de projets d'exploration de haut niveau, l'évaluation des projets d'exploration dans différentes régions du Royaume menés par des partenaires, en plus de la présentation de données  techniques sur le potentiel des hydrocarbures en Afrique de l'Ouest et la côte  atlantique du continent.

Mme Benkhadra a également souligné que la rencontre a été l'occasion d'aller de l'avant dans la coopération avec des pays africains dans le domaine de l'énergie et des hydrocarbures. Elle a indiqué, à ce sujet, la signature d'une convention d'accord entre l'ONHYM et le ministère des mines du Mali, portant sur la coopération dans le domaine scientifique et technique  avec un programme d'action pour les années 2014-2015.

L'Office a également conclu un protocole d'accord avec la Société des  pétroles du Sénégal (PETROSEN) portant sur le renforcement de la coopération  dans le domaine des hydrocarbures, de la formation et de l'expertise, a-t-elle  ajouté, précisant que le Sénégal dispose d'un important potentiel en matière d'exploration pétrolière à l'avenir.

Mme Benkhadra qui s’est entretenu avec le ministre guinéen de l'énergie et de l'eau, M. Idrissa Thiam, au sujet d'un futur accord de coopération qui sera conclu prochainement, a eu également avec des  responsables de sociétés gabonaises des hydrocarbures au sujet de la  coopération, en plus de séances de travail avec les représentants de sociétés  internationales de services en relation avec l'exploration des hydrocarbures  qui prospectent des opportunités d'affaires au Maroc.

Insistant sur l'importance de la persévérance dans le domaine de l'exploration pétrolière qui reste un investissement à  risque et nécessitant de gros moyens, Elle affirmé que la meilleure voie consiste à multiplier les investissements et les forages pour parvenir à des résultats concluants.

La rencontre de Marrakech a permis aux participants de discuter des  questions clés relatives au domaine de l'exploration pétrolière et gazière au  Maroc telles que le potentiel géologique onshore et offshore, l'exploration  onshore et offshore et la façade atlantique, ainsi que les enjeux énergétiques  africains.

Plusieurs interventions d'experts dans le domaine ont porté sur les  solutions appropriées pour répondre à la demande croissante en énergie tout en  veillant à pallier aux problématiques liées à la pollution et aux changements  climatiques. Plusieurs intervenants ont assuré que le gaz naturel constitue  l'énergie de l'avenir malgré la difficulté de l'exploration qui nécessite  d'énormes investissements.

L'on a expliqué, à ce sujet, que la demande sur le gaz naturel ne cesse d'augmenter à travers le monde, compte tenu qu'il constitue l'alternative  choisie par de nombreux gouvernements soucieux de la préservation de  l'environnement et la réduction des émissions des gaz à effets de serre.

L'ensemble des présentations faites à cette rencontre ont mis en avant le  système attractif du Maroc en matière de l'exploration des hydrocarbures et  démontré le potentiel important du sous-sol marocain. Il a indiqué que Repsol  va entreprendre prochainement des travaux d'exploration au Maroc en offshore et  On-shore.

A ce jour, 34 sociétés opèrent au Maroc, en vertu de 131 permis d'exploration onshore et offshore, 5 contrats de reconnaissance, 9 concessions et 3 protocoles d'accord, en plus des négociations en cours pour d'autres  accords.

Les travaux et les investissements en exploration des hydrocarbures au Maroc  nt augmenté de façon constante durant les dernières années avec une période de croissance sans précédent en 2013 et 2014 qui ont enregistré un investissement  des partenaires respectivement de 2,4 et 5 milliards dhs.