Agression du diplomate marocain : la “diplomatie” algérienne désormais entre guillemets

5437685854_d630fceaff_b-
2898
Partager :

Soufiane Mimouni, directeur général au ministère algérien des Affaires étrangères (numéro 3 après le ministre et le SG), a physiquement agressé un diplomate marocain, ce jeudi 18 mai à Sainte-Lucie dans les Caraïbes

Mohamed Ali Khamlichi, le diplomate marocain en question, est l’adjoint de l’ambassadeur du Maroc à Sainte-Lucie. Après l’agression, il a été transporté à l’hôpital et une plainte a été déposée.

Chaque année, une réunion se tient à Sainte-Lucie avec les membres du comité spécial des 24 sur la décolonisation et un représentant du Polisario s’exprime devant ce comité en tant que « représentant des populations du Sahara ». Par ailleurs, ces dernières ont des élus de Lâayoune et de Dakhla qui ont assisté à cette réunion aux Caraïbes et huit pays se sont prononcés pour leur accorder un siège dans ce comité et les entendre en leur qualité de représentants des populations sahraouies, d’où la colère de Mimouni.

De son côté, le chef de la diplomatie marocaine a indiqué que le Maroc « fustige l’agression physique » de l’un de ses diplomates par le responsable algérien en question. « Depuis ces dernières années, à chacune de ces réunions se pose le problème de la représentativité pour nos provinces du sud du Sahara, où nos représentants élus contestent du front Polisario », a ajouté Nasser Bourita qui considère comme étant « grave » et allant « contre tous les usages diplomatiques ».

Mais cet événement révèle quelque chose de plus profond, le désarroi de la diplomatie Algérienne. Un désarroi qui se manifeste à travers le geste du numéro 3 de la “diplomatie Algérienne”. Car c’est, en partie, à cause de son incompétence que la position internationale de l’Algérie s’est effritée.