La fermeture de Guergarate par Nouakchott exprimerait une hostilité sans précédent

5437685854_d630fceaff_b-
1782
Partager :

Si la Mauritanie procède à la fermeture de Guergarate, le geste équivaudrait à une liaison dangereuse avec l’Algérie, pratiquement un acte de guerre à l’encontre du Maroc et une hostilité à l’égard des pays de l’Afrique de l’ouest

Dernièrement une information a été publiée par les journaux algériens et mauritaniens faisant état du prochain lancement d’une route reliant Tindouf à Zouerate et la fermeture par la Mauritanie du point de passage de Guergarate. Une information qui ne dit pas tout.

L’Algérie rêve depuis toujours d’encercler le Maroc et de l’isoler géographiquement. Ceci est d’autant plus vrai que depuis les années 70, le désir d’encercler le Maroc est une constante de la stratégie de l’Algérie qui rêve de devenir l’unique puissance régionale. L’aspiration prussienne de celle-ci a été confirmée présomptueusement par l’ancien président au journaliste français du Monde Paul Balta.   

L’une de raisons fondamentales de la guerre que mène l’Algérie au Maroc ET au Sahara est justement d’installer un Etat croupion qui lui permettrait un accès direct et un contrôle de la façade Atlantique. Cette utopie d’unique puissance régionale et seul passage entre le nord et la Méditerranée et le sud du Sahara sont payé à prix cher quelleS que soientt les crises économiques et financières que ce pays, nanti par la nature, traverse régulièrement.  

Pour l’instant l’information est à l’état de rumeur, et pourrait être une forme de pression sur le Maroc et la CEDEAO pour l’intégration de laquelle le Maroc a reçu l’accord de principe alors que la Mauritanie semble peiner à faire accepter sa réadmission.  

Construire une route Tindouf-Zouerate ouvrirait à l’Algérie l’accès à l’Afrique de l’Ouest et à l’Atlantique. Chose qu’elle a toujours souhaité. Même si faire passer le fer algérien par cette voie affecterait les couts de celui-ci.

Mais si effectivement la Mauritanie procède à la fermeture de Guergarate, le geste équivaudrait à une liaison dangereuse avec l’Algérie, pratiquement un acte de guerre à l’encontre du Maroc et une hostilité à l’égard des pays de l’Afrique de l’ouest.