Le Maroc exige des explications auprès du chef de la MINURSO

5437685854_d630fceaff_b-
383
Partager :

Colin Stewart, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara et chef de la MINURSO a commis une faute diplomatique qui a tout de suite fait réagir le Maroc

Alors qu’il était dans les camps de Tindouf pour présenter ses condoléances suite au décès d’Ahmed Boukhari survenu la semaine dernière en Espagne, Colin Stewart a qualifié, dans le registre de condoléances, le défunt d’ « ambassadeur » alors que Boukhari était représentant du Polisario à l’ONU.

Cette erreur est controversée dans la mesure où le titre d’ambassadeur est réservé aux représentants des Etats reconnus par l’ONU, et le Polisario n’en fait pas partie.

Aussi, le ministre marocain des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, attend-il des clarifications. Il a donc demandé à voir le chef de la MINURSO, ce dimanche 8 avril pour des explications.

Une source anonyme, citée par Le360, a déclaré : « Colin Stewart a signé ce registre de condoléances en face d’un fanion des séparatistes, un piège dans lequel le représentant onusien n’aurait pas dû tomber, sachant que le mouvement n’est reconnu ni par l’ONU ni par la communauté internationale ».

Pour rappel, la visite de Colin Stewart à Tindouf avait été programmée depuis des mois. Le Polisario voulait qu’elle ait lieu à Bir Lahlou ou à Tifariti, située dans la zone tampon, ce que le représentant de l’ONU avait refusé.

Cette erreur commise par Stewart intervient à un moment où les tensions entre le Maroc et le Polisario sont palpables, concernant notamment le statut de la zone tampon de Guergarate.