MEDI1 TV chez le Polisario : ''De Tindouf à Laâyoune, le chemin de la dignité''

5437685854_d630fceaff_b-
995
Partager :

Grande exclusivité de Medi1TV : la réalisation une enquête, "De Tindouf à Laayoune, le chemin de la dignité, dans les camps séquestrés à Tindouf et dans le chef-lieu de Sakia El Hamra dans les territoires récupérées en 1976.

Le documentaire qui a été projeté en avant-première, vendredi 12 avril, à la Maison de la Presse à Tanger raconte l’histoire d’une arnaque à l’échelle internationale. L’objectif ? Dévoiler les dessous qui commandent la vie dans une wilaya maquette dans les camps Tindouf (Algérie) et le train d’une vie paisible dans la version originale en territoire marocain, Laayoune libéré par la Marche verte en 1976. Pour cette délicate réalisation, Medi1 TV a fait appel à une journaliste espagnole, Patricia Mejdidi Juez.

« On a opté pour une journaliste espagnole", explique Omar Dehbi, directeur centrale de Medi 1TV et de Radio MEDI1, pour la simple et bonne raison qu’il est impossible pour un journaliste marocain, comme chacun sait, d’obtenir l’accréditation auprès des autorités algériennes. Les Espagnols, en raison de leur passé coloniale dans la région ont développé des images erronées sur la récupération de ces territoires par le Maroc. Il était donc important pour nous que ce soit l’un qui témoigne en toute objectivité. Le fait que la journaliste Patricia Mejdidi Juez n’ait jamais été impliquée dans ce conflit, et qu’elle ne s' est jamais intéressée à ce sujet, a été décisif dans le choix qui s’est porté sur elle, précise Omar Dahbi. On lui a demandé de ne raconter que ce qu’elle voit et rien d’autre. La réalité de la misère à Tindouf se suffit à elle-même pour qu’on ait besoin d’en rajouter. »

"Patricia exerce le journalisme depuis 25 ans au pays basque. Elle se retrouvait ainsi la mieux placée pour réaliser cette mission en toute impartialité", conclut Omar Dahbi.

Ce projet a été piloté par Nabil Darouich, rédacteur en chef et réalisé par Yassine Benatia qui ont apporté leur professionnalisme à l’entreprise.  La version française, anglaise et espagnole du documentaire est en cours de réalisation.

Tout au long du documentaire, la journaliste espagnole promène sa caméra sur les souffrances des populations des camps de Tindouf. Elle a passé cinq jours dans la fausse Laayoune dans les camps de Tindouf, et cinq jours à Laayoune, la vraie.

« Je croyais que Laâyoune était un camp de réfugiés comme Tindouf. C'est ce qu'on nous a toujours fait croire", rapporte la journaliste espagnole dans le documentaire. Je suis extrêmement surprise de découvrir une ville aussi moderne que riche en infrastructures, où les hommes, et surtout les femmes, circulent librement».

Patricia Mejdidi Fuez a mis en lumière les différents chantiers que connaissent les provinces du sud, en termes d’artisanat, de pêche maritime et de la santé. Elle a pu aussi faire le récit du dynamisme de la société civile et de la vie au quotidien des gens.

Sur les camps de TIndouf, le documentaire rapporte des témoignages criants sur les détournements des aides humanitaires et médicaments, l’absence d’électricité et d’eau potable, l’absence d’infrastructure de base, l’insécurité permanente dans lesquelles vit la population sahraouie.

Mahfoud, un détenu sahraoui, révolté, qui a accepté de parler à visage découvert dénonce dans son témoignage, les larmes aux yeux, les violences commises, les sévices qu’il a subis et les agressions dont  sont victimes les Sahraouis soumis à la dictature du Polisario.

''De Tindouf à Laâyoune, le chemin de la dignité'', un documentaire inédit et poignant d’une heure et dix minutes à ne manquer sous aucun prétexte ce dimanche 14 avril à 21 h sur Medi 1  TV