Rapatriement des immigrés : Berlin menace de suspendre ses aides au développement pour le Maroc

5437685854_d630fceaff_b-
1433
Partager :

L’Allemagne a menacé, récemment d’annuler les aides au développement pour les pays du Maghreb, dont le Maroc, qui refusent de reprendre leurs ressortissants dont les demandes d’asile ont été rejetées.

Le vice-chancelier allemand, Gabriel Sigmar, a déclaré que  ceux qui ne coopèrent pas assez ne peuvent pas profiter des aides au développement. Il a poursuivi en déclarant que l’Allemagne a un accord de rapatriement avec ces pays qui reçoivent des aides économiques mais qui, en retour, refusent de coopérer. « C’est inacceptable », a-t-il déclaré.

Pour le ministre de la justice, Heiko Maas, la solution est « d’augmenter la pression sur ces Etats » pour les amener à appliquer les accords et organiser le retour de leurs ressortissants.

Concernant les immigrés marocains, il semble que ceux-ci « perdent intentionnellement » leurs passeports dans le but de se faire passer pour des réfugiés syriens ou irakiens. Une fois démasqués, ils demandent l’asile politique et l’Allemagne se trouvant dans l’incapacité de les refouler dans l’immédiat leur réserve des centres dédiés en attendant la décision de leur refoulement. Pour leur rapatriement, l’Allemagne doit avoir, au préalable, l’accord des autorités marocaines.

L’année dernière, les autorités allemandes avaient déjà émis une menace similaire. Angela Merkel s’était alors entretenu avec le Roi Mohammed VI et le ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad s’était déplacé en Allemagne pour trouver des solutions et accélérer les procédures de rapatriement des Marocains.

Ces menaces visent aussi et surtout la Tunisie, pays d’origine du terroriste Anis Amri auteur de l’attentat de Berlin du 19 décembre dernier qui a fait 12 morts et plus de 50 blessés. Néanmoins, elles concernent également le Maroc et l’Algérie.