Rentrée parlementaire : La priorité aux questions sociales

5437685854_d630fceaff_b-
190
Partager :

"Certaines attentes sociales ne doivent plus attendre, en premier lieu celles liées au parachèvement du processus de dialogue social"

Le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, a incité les parlementaires à assumer pleinement leur responsabilité en matière d'accompagnement des grands chantiers tout en accordant la priorité aux programmes sociaux. "Le Parlement avec toutes ses composantes est pleinement conscient de la responsabilité qui lui incombe d'accompagner les différents chantiers, notamment dans le domaine social", a-t-il souligné à l'occasion de la rentrée parlementaire.

Les membres de la deuxième Chambre, a-t-il fait observer, sont au fait de l'ampleur des défis auxquels fait face le royaume à l'heure où les attentes de la société se font de plus en plus pressantes. Un constat qui a été clairement mis en évidence par les discours du roi Mohammed VI dans la mesure où les questions à caractère social sont désormais placées au rang des priorités de l'action gouvernementale. Rappelant que le bureau de la Chambre des conseillers a discuté récemment de moyens à mettre en œuvre pour réunir les conditions d'une rentrée législative fructueuse, Benchamach a relevé l'impératif de se pencher sur les problèmes touchant les jeunes, notamment en matière d'accès à l'emploi et à la formation.

"Certaines attentes sociales ne doivent plus attendre, en premier lieu celles liées au parachèvement du processus de dialogue social", a-t-il estimé, tout en formant le vœu de surmonter les obstacles entravant ce dialogue afin d'apporter des réponses aux questions en relation avec le pouvoir d'achat et la situation des classes ouvrières et moyennes en général. Selon le président de la Chambre des conseillers, l'autre fait marquant de la nouvelle rentrée législative se rapporte à l'accompagnement des chantiers structurants comme l'a appelé de ses vœux le roi. Il sera question en priorité de surmonter les difficultés liées à l'investissement et les problèmes auxquels font face les moyennes et petites entreprises, sans oublier les chantiers à caractère stratégique, dont l'élaboration du nouveau modèle de développement.

"Interagir avec les attentes des citoyens dans des dossiers aussi pressants que l'emploi et les systèmes de santé, d'éducation et de formation passent par des politiques publiques et un nouveau modèle de développement", a-t-il insisté, relevant que le traitement des entraves au processus de mise en œuvre de la régionalisation avancée est au cœur des préoccupations de la Chambre des conseillers.

Côté législatif, Benchamach a précisé que plus de 90 textes de loi sont soumis aux deux Chambres du parlement, y compris des projets et des propositions de lois portant notamment sur le parachèvement de l'arsenal des lois organiques prévues par la Constitution, la loi-cadre liée au système d'éducation et de formation et au projet de loi relatif au service militaire, mais également d'autres textes à caractère socio-économique.

Il a en outre affirmé que l'action parlementaire s'articulera autour de l'examen du projet de loi de finances, mettant l'accent sur l'implication et la mobilisation de l'institution parlementaire dans l’accélération des projets de loi qui revêtent une grande importance. Évoquant les nouvelles attributions du Parlement en matière d'évaluation des politiques publiques, Benchamach a considéré qu'une telle mission requiert des moyens et des expertises, ce qui a amené la deuxième Chambre à tenir des séances annuelles en la matière.

Sur le plan de la diplomatie parlementaire, a-t-il poursuivi, une nouvelle dynamique a pu être initiée grâce aux efforts des composantes de la Chambre des conseillers en faisant preuve d'une forte présence dans les diverses sphères géopolitiques. La Chambre des conseillers accueille des délégations de dives Parlements étrangers tels que le Parlement Centraméricain et le Parlement andin. Elle devra aussi accueillir l'année prochaine une délégation de l'Assemblé parlementaire de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Relevant les progrès accomplis par la Chambre en matière d'ouverture sur la société, Benchamach a mis en avant les préparatifs en vue de la tenue du 3ème forum parlementaire sur la régionalisation avancée et la poursuite des chantiers à caractère stratégique et des initiatives qui ont fait du parlement une plateforme d'écoute sur les préoccupations des citoyens. La Chambre des conseillers, a-t-il conclu, s'engage à agir pour la consolidation de ses propres attributions et pour la mise en œuvre optimale des missions qui lui sont confiées, en tant que porte-voix des régions, des entreprises et des salariés, avec une attention particulière pour la question de l'emploi.