La crise démographique se poursuit au Japon

5437685854_d630fceaff_b-

Baisse du mariage, coût élevé de la vie et incertitude économique Attitudes culturelles et travail qui impacte les relations sexuelles, Politiques de soutien familial limitées, entre autres, expliquent la baisse de la natalité au Japon

1
Partager :

Japon - La crise démographique au Japon se poursuit avec une chute record du nombre de naissances en 2023, selon des données préliminaires publiées mardi par le gouvernement nippon.

Le nombre de naissances au Japon a baissé de 5,1% en 2023 par rapport à l’année précédente pour se situer à 758.631, soit la huitième baisse consécutive du taux de natalité dans le pays, a précisé le rapport.

Le Premier ministre nippon Fumio Kishida a qualifié la baisse du taux de natalité de "crise la plus grave" à laquelle le pays asiatique est confronté.

Selon l’Institut pour la population et la sécurité sociale du Japon, relevant du ministère de la Santé du pays, la population nippone pourrait diminuer de 30% d’ici 2070 et baisser de moitié à l’horizon 2100 pour s’établir à 63 millions.

“Si le déclin démographique se poursuit au rythme actuel, le maintien de tous les systèmes économiques et sociaux serait impossible et nombre de collectivités territoriales disparaîtront”, a estimé le rapport, mettant en garde contre un effondrement possible du système de protection sociale.

Le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshimasa Hayashi, avait annoncé, dans ce sens, plusieurs “mesures sans précédent" pour faire face à cette baisse du taux de natalité, notamment en développant les services de garde d’enfants et en encourageant les hausses de salaires pour les jeunes travailleurs.