''Le Maroc, entre changement et inertie '', un nouvel ouvrage du Pr Abdeslam Seddiki

5437685854_d630fceaff_b-

Abdeslam Seddiki, un témoin au quotidien de son époque

1
Partager :

Le Maroc, entre changement et inertie  est le tire de l’ouvrage que vient de publier le Professeur  Abdeslam Seddiki. Cette publication, dans sa version électronique, est retardée de près d’un an en raison des contraintes dues  à la pandémie covid-19. Elle reprend les chroniques publiées d’une façon hebdomadaire par l’auteur au cours de l’année 2019, et qui touchent aux différentes problématiques  de l’actualité marocaine. 

Ainsi, la célébration par le peuple marocain du XXème anniversaire de l’intronisation  du Roi a retenu l’attention de l’auteur en lui consacrant une longue chronique publiée  en ouverture de l’ouvrage, dans laquelle il passe en revue, d’une façon analytique,  les  réalisations accomplies  par le Maroc au cours de ces  deux décennies dans différents domaines sans omettre de souligner les  défis auxquels il doit faire face à l’avenir

Le bilan de ce qu’a accompli le Maroc ces deux dernières décennies, écrit-il,  est largement positif et ses retombées sont visibles. Le Maroc d’aujourd’hui est totalement différent de celui du début du millénaire. Mais comme tout développement est contradictoire, ce progrès n’a pas touché de la même manière l’ensemble des Marocains et la totalité des Régions du Royaume. D’ailleurs, le Roi est le premier à le reconnaitre en soulignant l’essoufflement de l’actuel modèle de développement et en appelant les institutions majeures du pays à réfléchir  à un nouveau modèle de développement qui soit axé sur l’inclusion sociale et la satisfaction des besoins fondamentaux de la population », écrivait-il. Et Seddiki de préciser dans son avant-propos « Malheureusement cette volonté royale d’aller de l’avant et de faire du Maroc une force régionale émergente, ne s’est pas accompagnée par une mobilisation de tous les acteurs concernés et notamment au niveau  des élites susceptibles de porter et de soutenir le  changement »

C’est la même démarche suivie par le Professeur Seddiki, qui a été,  rappelons-le,  Ministre de l’Emploi et des Affaires Sociales entre 2013 et 2017, dans l’ensemble de ses écrits. Le lecteur pourra s’en rendre compte en lisant ses chroniques  regroupées dans cet ouvrage  ou celles publiées précédemment sous le titre « Positions et Propositions ».  Il écrit avec conviction et engagement tout en demeurant ouvert au débat scientifique et démocratique.  « En mettant ainsi à la disposition des lectrices et des lecteurs cette publication, nous souhaitons attirer leur intérêt  pour les affaires de la cité   et susciter en eux suffisamment de curiosité intellectuelle et de critique constructive.  Pour ma part,  Je resterai attentif aux  remarques et critiques,   d’où qu’elles viennent,  et j’espère qu’elles  seront nombreuses.  Je réalise l’enjeu de l’écriture que je considère comme une forme de militantisme ».  

Ecrire, c’est militer et partager, c’est aussi faire preuve d’humilité et de responsabilité. Le professeur Seddiki s’est astreint à ces exigences, y compris pour justifier le titre de sa publication. Ainsi s’explique-t-il : «  il nous semble utile de justifier le choix du titre de cet ouvrage qui est  « le Maroc entre changement et inertie ». En effet,  tout observateur attentif et un tant soit peu objectif  de la  société marocaine ne manquera pas de relever  cette réalité ambivalente : d’un côté, on constate une dynamique  de changement à tous les niveaux avec une volonté politique clairement exprimée ; d’un autre côté, on relève des signes  de résistance au changement et des comportements conservateurs qui donnent l’impression que le pays est en train de faire du « surplace ». Une forme d’agitation dans l’immobilisme.  Ce dilemme freine sérieusement l’évolution du pays et réduit ses chances d’émerger dans les plus brefs délais. 

Ainsi, à chaque fois que le pays entame une réforme de structure vitale pour la société, on assiste à une levée de boucliers de la part des forces hostiles au progrès ou des  forces qui tiennent à sauvegarder leurs intérêts bien établis et à perpétuer les situations de rente ».